Code de procédure et procès criminels du Koweït 17/1960

Index des sujets

03. Code de procédure et procès pénaux (1-325)

01. Jugements préliminaires (1-87)

01. Réglementation judiciaire (1-14)

02. Ordre de présence (11-24)

03. Mesures préventives (23-37)

02. Enquête préliminaire (36-144)

01. Enquête préliminaire (36-97)

02. Enquêtes policières (39-111)

03. Mesures de précaution (48-135)

01. Arrestation (48-115)

02. Arrestation de la police (52-135)

03. Arrestation par l'enquêteur (62-68)

04. Préjugé (69-74)

04. Enquête préliminaire (75-144)

05. Aperçu et transition (76-76)

06. Ordre de faire quelque chose (77-77)

07. Inspection (78-89)

08. Ajustement des choses (90-97)

09. Contre-interrogatoire de l'accusé et témoins entendants (98-99)

10. Experts (100-101)

11. Conduite de l'enquête (102-104)

03. Procès (105-222)

01. Responsabilités (105-148)

02. Dépôt des cas et du système d'audiences (129-153)

03. Enquête et éléments de preuve à l'audience (150-174)

04. Condamnations, effets, appels et exécutions (173-266)

01. Images et effets des phrases (173-233)

02. Opposition et appel (187-243)

01. Opposition (187-198)

02. Appel (199-213)

03. Exécution (214-266)

01. Exécution (214-216)

02. Exécution (217-218)

03. Exécution de l'emprisonnement (219-227)

04. Exécution de l'amende et confiscation (228-237)

05. Amnistie et réconciliation (238-243)

06. Réexamen (244-250)

Code de procédure et procès criminels du Koweït 17/1960

(1 – 325)

3.1 – Jugements préliminaires

(1 – 87)

3.1.1 – Réglementation judiciaire

(1 – 14)

Article 1

Une peine ne peut être infligée qu'à l'issue d'un procès mené conformément aux règles et procédures établies par cette loi.

Article 2

Les juridictions pénales jugent les personnes accusées d'avoir commis des crimes et des délits dans les limites stipulées dans cette loi, et conformément aux procédures stipulées dans celle-ci, les violations sont nommées par une loi spéciale, et cette loi est chargée de réglementer les tribunaux compétents pour les examiner et déterminer les règles et procédures qui suivent dans Le procès.

Article 3

Les tribunaux pénaux à deux niveaux :
Non: Le premier tribunal de dissonth, à savoir le tribunal de délit et le tribunal pénal.
Anya : Cours d'appel, cour d'appel et Cour suprême d'appel.

Article 4

Le tribunal des délits est composé d'un juge de la Cour suprême et entend toutes les affaires de délit portées contre elle.

Article 5 (modifié par la loi 9 de 1985 Article 1)

La peine d'un délit assidu à une amende d'au plus 40 dinars ne peut faire l'objet d'un appel par la personne condamnée et peut faire l'objet d'un appel par le demandeur. La peine d'un délit d'innocence peut faire l'objet d'un appel par le demandeur.
En dehors de cela, les principales peines pour délits peuvent faire l'objet d'un appel de la part du condamné et du demandeur.

Article 5

Une peine d'une amende d'au plus 40 roupies ne peut pas faire l'objet d'un appel par la personne condamnée et peut faire l'objet d'un appel par le demandeur. La peine d'un délit d'innocence peut faire l'objet d'un appel par le demandeur.
En dehors de cela, les principales peines pour délits peuvent faire l'objet d'un appel de la part du condamné et du demandeur.

Article 6

La cour d'appel entend l'appel des verdicts de délit, qui sont constitués de trois juges de la Cour suprême.

Article 7

La Cour pénale est composée de trois juges de la Cour suprême et entend toutes les affaires criminelles portées contre elle.

Article 8

Les peines prononcées pour des crimes font tous l'objet d'un appel de la part de la personne condamnée et du parquet, et l'appel est entendu par la Cour suprême d'appel dans sa division criminelle.

Article 9

Le parquet a le pouvoir d'enquêter, de statuer et de poursuivre les crimes et d'enquêter, d'agir et de poursuivre les délits commis par des enquêteurs nommés à cette fin par la police et la sécurité publique, ainsi que de prouver le statut de l'enquêteur aux policiers nommés par les règles de procédure prévues à l'article 38.
Toutefois, le parquet peut renvoyer toute infraction aux enquêteurs ou aux agents du service de police pour enquête, et le chef du Service de police et de sécurité publique peut confier au ministère public d'enquêter et de disposer de tout délit s'il est déterminé par sa situation ou son importance.

Article 10

Les juges du procureur général, des procureurs et des enquêteurs, dans l'exercice de leurs pouvoirs dans cette loi ou dans toute autre loi, peuvent utiliser l'autorité publique pour les mettre en œuvre.

Article 11

Tous les hommes d'autorité publique doivent se conformer aux ordres des autorités judiciaires délivrés conformément à cette loi et peuvent recourir à la force pour les exécuter dans la mesure requise par la nécessité d'agir.

Article 12

Un enquêteur ou toute personne ayant l'autorité d'un juge ne peut pas recourir à la torture ou à la coercition pour obtenir les déclarations d'un accusé ou d'un témoin, ou pour l'empêcher de décider ce qu'il veut faire, pendant le procès, l'enquête ou la procédure d'enquête, et tout acte de ce genre punit sa criminalité conformément aux dispositions du Code pénal.

Article 13

Chaque personne doit fournir aux enquêteurs et à la magistrature l'aide possible qu'ils demandent alors qu'ils ont le pouvoir légal d'arrêter l'accusé ou ceux qui s'échappent ou empêchent la perpétration de crimes.
Si une personne s'abstient sans excuse acceptable pour faire ce travail, il sera puni de la peine dans le code pénal.

Article 14

Toute personne qui a été témoin d'un crime et l'avoir apprise doit immédiatement se présenter à la police ou à l'organisme d'enquête le plus proche.
Ceux qui omettent de se présenter, ainsi que les défendeurs, sont punis pour s'être abstenus de témoigner, et le mari de toute personne qui a participé à ce crime ou à ses origines ou à ses branches ne sera pas condamné à une telle peine.

3.1.2 – Affluence

(11 – 24)

Article 15

Le tribunal ou l'enquêteur peut demander la présence de toute personne devant lui si nécessaire pour son enquête, et ce en annonçant une convocation à y assister.

Article 16

L'annonce de la convocation doit être rédigée en deux exemplaires, signés par le président du tribunal ou l'enquêteur, et l'ordonnance doit être rendue par des fonctionnaires de la cour, des policiers ou tout autre fonctionnaire du gouvernement qui lui a accordé ce droit par le juge en chef.

Article 17

L'ordre est annoncé à la personne en charge des participants si possible, en recevoir une copie et signer l'autre image au dos de l'autre image en remettant.
S'il n'y a pas de participant dans son lieu de résidence, il suffit que la photo de la publicité soit remise à l'un de ses parents adultes qui vit avec lui, et le destinataire signe l'autre photo.

Article 18

R- S'il n'est pas possible de remettre l'image de la publicité à la personne responsable des participants ou à l'un de ses proches résidant avec lui dans son lieu de résidence parce qu'il n'y a personne d'entre eux ou leur refus de recevoir, la photo sera remise le même jour au fonctionnaire du poste de police ou à son lieu, qui est situé dans son quartier, la maison du participant.
Dans les 24 heures suivant la remise de la photo au poste de police, l'annonceur doit envoyer une lettre écrite l'informant que la photo a été remise au poste de police et qu'il doit immédiatement indiquer toutes les mesures qu'il a prises pour faire l'annonce.
B- Si le domicile du participant n'est pas connu, la copie de la déclaration sera remise au procureur ou au procureur, selon les circonstances.
C- La nullité de la violation des dispositions de cet article.

Article 19

Celui qui a fait l'annonce doit rendre au commandant sa photo signée de celui qui a reçu la déclaration ou des témoins, et il doit approuver un site de celui-ci montrant la date de l'annonce, sa place, comment et tout ce qui s'est passé à ce sujet, ce qui est intéressant de savoir.
Cette déclaration est un témoignage de sa part, et ce qu'elle contient est un argument dans la preuve jusqu'à ce qu'il prouve ce qu'il n'est pas d'accord.

Article 20

Les règles relatives à l'annonce de la convocation s'appliquent à l'annonce de tous les documents, sauf indication contraire de la loi.

Article 21

Si une assignation n'est pas délivrée à temps, un mandat d'arrestation peut être délivré, qu'il s'agisse d'un suspect, d'un plaignant ou d'un témoin. L'enquêteur peut demander au tribunal compétent de le condamner pour défaut de comparaître en s'abstenant de témoigner s'il est témoin.

Article 22

Le tribunal ou l'enquêteur, lorsqu'une personne a comparu devant lui seul ou sur l'ordre de présence, et qu'il estimait qu'il devrait être convoqué plus tard au profit de l'enquête, lui demander de signer un engagement à y assister à une certaine date, s'il n'y assistait pas à ce moment-là, les dispositions de l'article précédent lui seraient transmises.

3.1.3 – Mesures préventives

(23 – 37)

Article 23

Les mesures préventives sont des ordonnances établies par la loi pour empêcher les crimes de se produire avant de les commettre, délivrées par les tribunaux conformément aux règles stipulées dans les articles suivants et ces ordonnances visent à attirer l'attention d'une certaine personne sur les doutes et les soupçons entourant sa conduite, et à l'avertir de poursuivre son comportement suspect, et à l'inviter à Changer son comportement et s'engager à ne pas enfreindre la loi.
La violation de ces ordonnances entraîne une peine plus sévère pour toute infraction qui se produit au cours de la période spécifiée de la procédure.
Ces mesures ne sont pas considérées comme des sanctions pénales, et la personne contre laquelle vous êtes pris n'est pas considérée comme un criminel ou un suspect. Il ne peut être traité exceptionnellement, sauf comme stipulé dans ces procédures.

Article 24

Lorsqu'il émet une déclaration de culpabilité contre un accusé d'un crime ou d'un délit qui porterait un trouble à la sécurité publique, s'il s'adjuge des tendances criminelles ou agressives qui sont soupçonnées de retourner à la criminalité, le tribunal peut ordonner les mesures préventives suivantes :
Premièrement : L'obligation de signer un engagement à payer un certain montant s'il commet un crime ou un délit au cours d'une certaine période.
Deuxièmement, l'obligation de signer cet engagement et de fournir une garantie pour garantir le paiement du montant spécifié.
Troisièmement: l'obligation de signer cet engagement et de déposer le montant spécifié comme garantie de son engagement et le tribunal limite la durée de l'engagement à un maximum de deux ans.

Article 25

Le tribunal peut utiliser son autorité dans l'article précédent s'il a acquitté le défendeur dans l'affaire initiale, s'il estime que les circonstances de l'affaire exigent une action préventive contre l'accusé malgré le fait qu'il n'a pas été déclaré coupable.

Article 26

Le chef de la police et de la sécurité publique devrait demander au parquet de présenter une demande indépendante au tribunal pénal pour ordonner l'une des mesures préventives prévues à l'article 24 contre une personne dont la personne est reconnue ayant une personne dans sa conduite et dans ses finances, qui menace de commettre des crimes si l'une des conditions suivantes est remplie:
– Il doit avoir été sérieusement accusé de l'un des crimes d'auto-agression ou d'argent, mais il n'a pas été condamné ou n'a pas été poursuivi pour manque de preuves.
– Il doit avoir été sérieusement accusé de l'un des crimes d'auto-agression ou d'argent, mais il n'a pas été condamné ou n'a pas été poursuivi pour manque de preuves.
– Soyez connu pour sa réputation publique pour son habitude de commettre des crimes d'automutilation ou d'argent.
– S'il n'est pas un professionnel ou un propriétaire d'entreprise et n'a pas de ressources légitimes pour vivre ou a été connu pour sa renommée publique de faire de l'argent par des moyens illégaux.

Article 27

La demande indépendante d'ordonnance préventive est soumise au tribunal conformément aux procédures normales de dépôt des réclamations, avec lesquelles le procureur général soumet les documents de l'enquête à l'appui. Le tribunal doit entendre les déclarations du procureur et de l'accusé, et engager les procédures nécessaires pour enquêter sur la défense de l'accusé avant d'approuver la demande.
Le tribunal rejette la demande sans enquête, s'il découvre des enquêtes qui lui sont soumises l'obligation d'entreprendre.

Article 28

L'ordre de signer l'engagement est exécuté lors de son audience d'émission, soit l'ordre de fournir le commanditaire personnel ou de déposer la garantie financière, le tribunal donne à la personne le temps de l'exécuter si demandé.
La durée de l'engagement commence à partir de la date de sa signature, à moins qu'il ne soit tenu de s'engager en détention et commence à partir de la fin de la détention.
L'engagement doit être accompagné d'une caution personnelle si l'entreprise doit être imqualifiée.

Article 29

Le montant de l'engagement émis par l'ordonnance préventive à signer ne doit pas être exagéré et tenir compte de l'évaluation et du statut de l'entrepreneur.
Celui qui a reçu l'ordre de fournir un répondant personnel a toujours le droit de demander le remplacement du dépôt d'assurance financière par cette obligation.

Article 30

Le montant de l'assurance financière demeure la propriété de celui qui l'a payée à moins qu'un jugement ne soit rendu pour la confisquer et que le montant doit être remboursé à celui qui l'a payée immédiatement à l'expiration de la durée de l'engagement, à moins qu'il ne soit délivré avant l'expiration de cette période, ce qui est considéré comme une violation de l'engagement. En l'espèce, l'enquêteur doit présenter sans délai une demande au tribunal qui a ordonné l'engagement, afin de rendre une décision de continuer à déposer le montant jusqu'à ce que l'enquête en cours sur l'accusation portée contre l'entrepreneur soit résolue, et l'effet de cette décision sera si cette enquête est menée sans que l'accusé soit traduit en justice, ou si le procès est terminé. Sans un verdict de confiscation de l'argent.

Article 31

Si une personne refuse de signer l'engagement devant le tribunal qui l'a ordonné, ou si elle refuse de fournir le commanditaire personnel ou l'assurance financière de dépôt dans le délai qui lui est donné et que le tribunal est déterminé qu'il n'est excusé que dans cette omission, elle peut annuler l'ordonnance de l'entreprise et plutôt émettre une ordonnance de placer la personne sous contrôle de police pour la période qui vous le voyez de sorte qu'il ne dépasse pas la période de temps qui a été prévue pour l'entreprise.
Si le tribunal estime qu'une personne a une excuse acceptable, elle peut l'exempter de l'entreprise ou ajuster ses conseils tels qu'il le voit.

Article 32

La personne contre laquelle une ordonnance préventive a été rendue, si les circonstances requises avant l'expiration de son changement de mandat, change, de déposer une plainte au tribunal qui lui a demandé son exemption pour le reste de la période, ou de modifier ses conditions en fonction des nouvelles circonstances.

Article 33

Si l'entrepreneur commet une infraction passible d'emprisonnement ou plus grave pendant la durée de l'engagement, le tribunal qui le condamne, en plus de le condamner à une peine sévère pour ce crime, est tenu de payer le montant promis ou un montant inférieur, et de s'appliquer au montant qui l'oblige à payer l'amende, et s'il y a un parrain, il sera inclus. Je dois payer ce montant.
Si l'entrepreneur a déposé une assurance financière, le tribunal peut ordonner sa confiscation. Tout ou partie.

Article 34

Si l'entrepreneur n'est pas reconnu coupable d'une infraction passible d'emprisonnement ou plus grave pendant la durée de l'engagement, l'engagement est terminé et ses effets sont terminés.

Article 35

Les mesures préventives ne peuvent pas être réorganisées à l'égard de ceux qui ont déshonoré, à moins qu'elles ne soient menées pour une nouvelle raison qui nécessite une action préventive.

3.2 – Enquête préliminaire et enquête

(36 – 144)

3.2.1 – Enquête préliminaire et enquête

(36 – 97)

Article 36

L'enquêteur doit enquêter sur tous les crimes et peut enquêter sur les délits s'il constate que leur situation ou leur importance l'exigent. L'engagement du gouvernement à l'égard de la loi est un sujet de préoccupation.
Les règles suivantes sont suivies dans les enquêtes et, si nécessaire, sont complétées par les dispositions de la procédure de première instance.

Article 37

Dans les enquêtes et dans l'enquête, il est permis de rechercher des preuves physiques et orales relatives au crime par les moyens organisés par cette loi, et il est permis de recourir à tout autre moyen s'il ne viole pas la morale ou ne porte pas atteinte aux libertés et aux droits des individus.
En ce qui concerne les mesures de précaution restreignant la liberté de l'accusé, il n'est pas permis d'enquêter sur elles ou de les enquêter, sauf dans les limites prévues par la loi et dans la mesure nécessaire.

Article 38

Les enquêteurs exerceront leurs pouvoirs dans l'enquête préliminaire prévue dans cette section conformément aux règles de procédure, qui sont émises par la police et le chef de la sécurité publique.

3.2.2 – Enquêtes policières

(39 – 111)

Article 39

La police est l'organe administratif chargé de maintenir l'ordre et de prévenir les crimes, et, conformément à cette loi, a les tâches suivantes:
Tout d'abord, faire les salutations nécessaires pour découvrir les crimes, identifier les auteurs et recueillir toutes les informations nécessaires.
Deuxièmement, la mise en œuvre des ordonnances des autorités chargées de l'enquête et du procès dans toutes les affaires relatives aux enquêtes et aux procès.
Troisièmement, les policiers qui ont été reconnus comme des enquêteurs devraient faire l'objet d'une enquête dans les circonstances dans lesquelles la loi le prévoit.

Article 40

La police est compétente pour recevoir les rapports de tous les crimes et doit les examiner, recueillir des informations à leur sujet et les prouver dans le rapport d'enquête, et de restreindre immédiatement le résumé et la date de la communication dans un livre préparé pour elle au poste de police.
Si un agent de police signale ou est au courant d'un crime, il doit immédiatement aviser le ministère public des criminels et les enquêteurs de la police dans les délits du crime, et se déplacer à l'atelier où l'incident a eu lieu pour le préserver, et de contrôler tout ce qui touche au crime et bénéficier de l'enquête et d'effectuer les procédures requises par les circonstances, et donc Toutes ces procédures doivent être confirmées dans le rapport d'enquête.

Article 41

Pendant l'enquête, le policier doit entendre les déclarations des dénonciateurs et peut appeler des témoins, entendre leurs déclarations et les prouver dans son dossier. Mais il n'est pas permis pour lui de prêter serment, et ils n'ont pas à signer leurs déclarations.
Toutes les mesures et procédures prises par la police dans le cas de l'enquête, qu'elles aboutissent ou non à des résultats, doivent être établies dans les dossiers de l'enquête.

Article 42

Au cours de la révision du rapport d'enquête, le policier doit prouver les déclarations de l'accusé et la défense qu'il soumet. Si les déclarations de l'accusé comprennent l'aveu d'un crime, le policier peut l'inscrire en principe dans son dossier, et l'accusé doit être déféré à l'enquêteur pour interrogatoire et vérification des aveux.

Article 43

Un policier, s'il témoigne d'un crime ou d'un délit, ou se présente sur les lieux de l'incident, et le crime est encore bien connu, pour fouiller l'accusé ou son domicile.

Article 44

Lorsqu'un agent de police enquête, s'il juge nécessaire de fouiller une personne ou une résidence en particulier, il doit soumettre l'enquête à l'enquêteur. L'enquêteur, s'il est confirmé qu'il est nécessaire d'autoriser la fouille, peut l'autoriser par écrit dans sa conduite, et l'inspecteur doit présenter le dossier et le résultat de l'inspection à l'enquêteur immédiatement après la fin de l'inspection.
Le policier a le droit de saisir les transferts liés au crime au cours de la conduite de l'inspection ou de l'enquête.

Article 45

Lorsqu'ils mènent des enquêtes, les policiers devraient utiliser des moyens de perquisition et d'enquête qui ne nuisent pas aux individus et ne restreignent pas leurs libertés, et personne ne devrait engager d'enquête à moins d'avoir le statut d'enquêteur en vertu de la loi.
L'enquêteur peut prendre une décision écrite d'affecter un agent de police pour enquêter sur un cas particulier ou pour mener une enquête particulière. Dans ce cas, le délégué de l'agent de police a l'autorité de l'enquêteur relativement à cette affaire ou à ce travail, et le procès-verbal d'une enquête doit être enregistré.

Article 46

Les dossiers de l'enquêteur, édités par les policiers, doivent être présentés au parquet ou aux enquêteurs de la police en fonction des circonstances pour qu'ils soient à leur disposition et à s'assurer qu'ils sont satisfaits.
Ces dossiers n'ont pas le pouvoir de prouver devant les tribunaux.

Article 47

Lorsque l'enquêteur reçoit un rapport ou un rapport d'enquête de la police concernant un incident particulier, l'enquêteur peut agir dans l'un des aspects suivants en fonction de l'importance et des circonstances du crime :
Premièrement, il doit immédiatement se rendre sur les lieux de l'incident pour mener lui-même une enquête ou la mener ailleurs.
Deuxièmement, une ordonnance devrait être rendue pour placer un agent de police pour mener l'enquête.
Troisièmement, il doit ordonner à la police de poursuivre son enquête s'il ne trouve aucune raison d'ouvrir une enquête.
L'affaire devrait être portée devant le tribunal contre l'accusé conformément aux règles établies à l'article 102.
Une décision doit être rendue pour préserver les documents conformément aux règles établies à l'article 102.

3.2.3 – Mesures de précaution

(48 – 135)

3.2.3.1 – Arrestation

(48 – 115)

Article 48

Une arrestation est la saisie et le fait de traduire la personne, même de force, devant le tribunal ou l'enquêteur sur ordre de lui, ou sans ordonnance, dans les cas prévus par la loi.
Le mandat d'arrêt doit être rédigé et doit être autorisé à procéder à une arrestation lorsqu'il est vrai conformément à la loi. Quant à l'ordonnance, il n'est permis de l'exécuter qu'en présence de l'ordre et sous sa responsabilité.

Article 49

Pour la personne qui procède à l'arrestation doit utiliser la force nécessaire pour l'exécuter et surmonter toute résistance de la part de la personne arrêtée ou d'autres personnes, mais la force qui peut être utilisée n'est pas permise de dépasser ce qui est nécessaire pour empêcher la résistance ou l'évasion, et il n'est pas permis de tuer une personne à moins qu'elle ne soit accusée d'un crime passible de la peine de mort. Ou la prison à vie.

Article 50

La personne qui procède à l'arrestation peut entrer dans la résidence de la personne recherchée à sa recherche et peut entrer dans un autre logement dans le même but, s'il existe une preuve solide que l'accusé s'y cache.
S'il refuse ou résiste, la personne qui procède à l'arrestation doit entrer de force dans la maison ou le logement et recourir à la force dans les limites énoncées dans l'article précédent. S'il y a des femmes voilées dans le logement, les règles établies à l'article 86 concernant l'inspection des logements ont été prises en compte.

Article 51

La personne qui procède à l'arrestation peut fouiller la personne arrêtée en principe pour le désarmer et tout ce qu'elle est susceptible d'utiliser dans la résistance ou de se faire du mal ou d'autres personnes, et de saisir ces choses et de les remettre avec la personne arrêtée au mandat d'arrêt.
Si, au cours de cette inspection, il trouve accidentellement des objets liés au crime ou utiles dans son enquête, il doit également les saisir et les remettre au mandat d'arrêt.
Si une femme est arrêtée, une femme doit être fouillée.

3.2.3.2 – Arrestation par la police

(52 – 135)

Article 52

Chaque policier peut arrêter n'importe qui et lui demander des détails sur son nom et son identité, si nécessaire pour ses enquêtes.
Un policier peut demander à la personne de l'accompagner au poste de police si elle refuse de fournir les données requises sur son identité, si elle fournit des données erronées, ou s'il existe des preuves sérieuses qu'il a commis un crime ou un délit.

Article 53

Les policiers peuvent arrêter des personnes dans les cas suivants :
Premièrement, s'ils reçoivent un mandat écrit valide contre l'arrestation de ceux qui ont le droit de le délivrer conformément à la loi.
Deuxièmement, s'ils reçoivent un ordre de guérison de la part de ceux qui en sont propriétaires, ils l'exécuteront en sa présence et sous sa supervision.
Troisièmement : Si une personne est demandée au moyen de la publicité et de la publication en tant que fugitif, conformément aux règles établies à cet égard.

Article 54

Les policiers ont le droit de rester sans ordonnance pour les défendeurs suivants de mentionner:
Tout d'abord, qui a déjà été accusé d'un crime et a été accusé de preuves solides.
Deuxièmement: les personnes accusées de délits sont les suivantes: résister aux employés travaillant dans l'exercice de leurs fonctions, le vol, la dissimulation d'objets volés, la fraude, les voies de fait graves, le port d'armes illégales.
Troisièmement, toute personne soupçonnée d'être sérieusement soupçonnée d'avoir été arrêtée s'est alors enfuie.

Article 55

Dans d'autres infractions que les infractions antérieures, les policiers peuvent arrêter sans ordonnance toute personne accusée d'un délit passible d'emprisonnement, si cette accusation est étayée par des éléments de preuve graves et que l'un des cas suivants est disponible chez l'accusé :
Premièrement, s'il n'a pas de lieu de résidence bien connu ou s'il n'a pas de moyen légitime de gagner sa vie.
Deuxièmement, s'il prend des précautions pour dissimuler son existence ou s'il y a de fortes indications qu'il tente de s'échapper.
Troisièmement, si on lui demande de donner son nom et son adresse, il refuse ou ne fait pas une déclaration convaincante sur son identité ou donne un nom et une adresse incorrects, ou s'il est invité à se rendre au poste de police, il refuse sans justification.

Article 56

Le crime est considéré comme commis en présence du policier, ou s'il vient à l'endroit où il a été commis après la perpétration du crime, et ses effets et ses résultats sont encore concluants.

Article 57

Les policiers ont le droit d'arrêter dans les cas suivants :
Premièrement: avoir une personne ivre entre, si elle est incapable de prendre soin de lui-même ou est dangereux pour les autres.
Deuxièmement, l'existence d'un rassemblement, d'une altercation ou d'une querelle au cours de laquelle une cause ou une menace s'est produite ou est considérée comme un crime, ou menace de se transformer en une attaque qui ne peut être évitée que par une arrestation.

Article 58

La personne moyenne a le droit d'arrêter l'accusé dans les cas suivants :
Premièrement, il est délivré avec une ordonnance ou une affectation de la magistrature ou des enquêteurs conformément à l'article 13.
Deuxièmement, si l'accusé est un fugitif et qu'il est recherché pour arrestation et amené au moyen de publicité et de publication conformément aux règles établies à cet égard.
Troisièmement, si l'accusé a été légalement arrêté mais qu'il a fui, il peut l'arrêter de nouveau.
Quatrièmement : Si l'accusé est arrêté et que le crime est témoin.

Article 59

Le fonctionnaire du poste de police doit prouver toutes les arrestations dans le dossier du centre, et nommer le moment du début de l'arrestation et sa cause et l'heure de fin et de signaler une liste de ces cas au directeur de la police et l'enquêteur à des dates périodiques déterminées par les règlements et les ordonnances et comprend l'enregistrement et la notification de toutes les arrestations, sur l'ordre ou non, et si L'arrestation est liée à la police ou à la connaissance des individus.

Article 60

Si l'accusé est arrêté dans des affaires antérieures ou remis par un individu, les policiers doivent le remettre à l'enquêteur.
En aucun cas, la personne arrêtée ne peut demeurer en détention pendant plus de quatre jours sans ordonnance écrite de l'enquêteur de le placer en détention provisoire.

Article 61

L'enquêteur peut libérer l'accusé arrêté par engagement ou sans engagement, s'il ne voit pas de raison d'être emprisonné, mais s'il constate que les circonstances l'obligent à demeurer en détention, il est placé en détention provisoire.

3.2.3.3 – Arrestation par l'enquêteur

(62 – 68)

Article 62

L'enquêteur peut arrêter ou ordonner l'arrestation de l'accusé, qui a été accusé de preuves graves, et a également le droit d'arrêter dans tous les cas où ce droit est prouvé par la police.

Article 63

Chaque mandat d'arrestation doit être rédigé, daté et signé par ceux qui l'ont délivré avec une déclaration de caractère, indiquant le nom de l'homme recherché, son lieu de résidence et tout ce qui est nécessaire pour sa nomination, et la raison du mandat d'arrêt.
S'il n'est pas exécuté dans les trois mois suivant son émission, il sera abandonné, et il ne peut être exécuté par la suite à moins qu'une ordonnance écrite ne soit émise pour la renouveler.
La personne qui exécute le mandat d'arrêt doit en aviser la personne recherchée et l'informer du texte de l'ordonnance sur demande.

Article 64

Si un mandat d'arrêt est délivré à la police sans rendez-vous, chacun d'eux peut l'exécuter. Si l'ordonnance stipule qu'un policier particulier doit être affecté à l'exécuter, il doit l'exécuter lui-même, et il ne peut pas l'assigner à le faire à moins que nécessaire, et par un transfert écrit dans la queue de l'ordre et signé par lui.
L'ordonnance peut, en cas de nécessité ou d'urgence, être assignée à exécuter le mandat d'arrêt d'un employé qui ne travaille pas non-policier ou d'une personne, et cette personne ne peut transférer l'affaire à quelqu'un d'autre de quelque façon que ce soit.
Si un mandat d'arrêt est délivré à plusieurs personnes désignées, tout le monde, certains d'entre eux ou l'un d'entre eux peuvent l'exécuter.

Article 65

Le mandat d'arrêt peut prévoir la libération de la personne arrêtée s'il signe une citation à comparaître accompagnée d'une garantie à déterminer dans l'ordonnance.
La personne chargée d'exécuter l'ordonnance doit libérer la personne recherchée si elle reçoit l'engagement aux conditions fixées par l'ordonnance et l'envoyer à la personne qui a délivré l'ordonnance signée par les exécuteurs testamentaires.

Article 66

La personne qui exécute le mandat d'arrêt doit amener la personne arrêtée devant le mandat d'arrêt sans délai, sous réserve des dispositions de l'article précédent et de l'article 60.

Article 67

Les mandats d'arrêt sont efficaces dans toutes les parties du Koweït et de ses satellites et sur tous les navires portant le drapeau du Koweït, chaque fois qu'ils sont délivrés par l'enquêteur pour un crime relevant de sa juridiction. Il a été arrêté pour vérifier qu'il était la personne recherchée. L'enquêteur peut envoyer la commande par la poste ou autrement à l'enquêteur qui doit exécuter l'ordonnance dans sa juridiction locale, afin d'exécuter l'ordonnance lui-même ou d'ordonner à d'autres de l'exécuter.

Article 68

Les dispositions relatives aux déclarations contenues dans le mandat d'arrêt, la durée de son sursis, la notification et les renseignements à la personne concernée, ainsi que la personne qui l'exécute, ainsi que son efficacité dans l'ensemble du koweït et de ses personnes à charge et tous les navires portant le pavillon du Koweït, s'appliquent aux ordonnances de détention, aux mandats de perquisition et aux autres ordonnances prévues par la loi.

3.2.3.4 – Détention provisoire

(69 – 74)

Article 69

S'il est considéré que le service d'enquête exige que l'accusé soit placé en détention provisoire pour l'empêcher de s'échapper ou pour influencer la conduite de l'enquête, il peut être placé en détention provisoire pendant au plus trois semaines à partir de la date de son arrestation.
L'accusé doit être traduit devant le président du tribunal avant la fin de cette période pour renouveler la détention provisoire, et le président du tribunal a ordonné un renouvellement de la détention, dans laquelle la période de détention est limitée à un plus de quinze jours chaque fois qu'il demande le renouvellement de la détention.

Article 70

Si l'accusé continue d'être emprisonné pendant six mois à partir de la date de son arrestation, le renouvellement de sa détention ne peut être fait que sur ordre du tribunal compétent d'entendre l'affaire à la demande de l'enquêteur, et après avoir entendu les déclarations de l'accusé et avoir vu ce qui a été fait dans l'enquête.
L'ordonnance du tribunal est renouvelée pour 30 jours à la fois.

Article 71

Si une ordonnance de détention est émise contre un fugitif, vous devez entendre sa déclaration suppalling 24 heures avant la date de son arrestation.

Article 72

L'enquêteur peut, à tout moment, rendre une décision sur la libération de l'accusé détenu lorsqu'il est déclaré en détention n'est plus justifié, qu'il n'y a pas de préjudice à l'enquête sur sa libération et qu'il n'a pas peur de s'enfuir ou de disparaître.
La libération doit être accompagnée d'une promesse de présence accompagnée d'une caution ou d'une assurance financière pour des infractions passibles de la peine de mort ou de la réclusion à perpétuité, sans quoi la convocation doit être accompagnée d'une garantie ou sans elle comme l'exigent les circonstances de l'affaire.

Article 73

Si la décision de mise en liberté est conditionnelle à la fourniture d'un commanditaire ou d'un dépôt d'assurance financière, elle n'est pas effective avant la date à laquelle le répondant signe son engagement ou lorsque le montant de l'assurance est déposé, mais si l'engagement est sans garantie, la décision de mise en liberté est appliquée lorsque l'accusé signe l'engagement.
Ceux qui ordonnent la libération à la condition que la garantie soit faite ou sans elle, une fois que la décision de libération entrera en vigueur, doivent donner l'ordre à l'agent de la prison qui unit l'accusé de le libérer. L'agent pénitentiaire doit le libérer immédiatement, à moins qu'il ne soit détenu pour une autre raison, auquel cas il le souligne dans les journaux.

Article 74

L'engagement signé lors de la libération de l'accusé emprisonné stipule qu'il est tenu d'y assister au moment et au lieu de l'enquêteur, et qu'il continuera de le faire chaque fois qu'on lui demandera d'y assister, et qu'il paiera un montant à nommer dans l'entreprise s'il viole cette obligation.
Cet engagement s'applique aux dispositions qui s'appliquent à l'engagement général de présence.

3.2.4 – Enquête préliminaire

(75 – 144)

Article 75

L'accusé et la victime ont le droit d'assister à toutes les procédures de l'enquête préliminaire, et chacun d'eux a le droit d'être accompagné de son avocat, et l'avocat ne parle pas sans la permission de l'enquêteur, et si l'accusé est arrêté ou emprisonné, l'enquêteur doit l'amener au cours de l'enquête.
L'enquêteur peut, si nécessaire, ordonner qu'il soit gardé secret.

3.2.5 – Aperçu et transition

(76 – 76)

Article 76

L'enquêteur se déplace sur les lieux de l'incident pour examiner la scène de crime, ses effets et ses circonstances physiques, dans la mesure du possible et utile pour l'enquête.
L'enquêteur doit se rendre sur les lieux dès qu'il en apprend, chaque fois que le crime est ce qu'il doit enquêter, et elle a été informée peu de temps après la commission.

3.2.6 – Commandez quelque chose

(77 – 77)

Article 77

Si l'enquêteur a la preuve ou la preuve qu'une personne en particulier possède des papiers, des bagages ou autre chose que le crime qu'il enquête ou est utile dans l'enquête, il peut ordonner au titulaire d'ordonner, de soumettre ou de lui donner accès à celui-ci, de la manière spécifiée, et dans le lieu. Le temps assigné à l'ordonnance délivrée, et l'ordonnance est annoncée à la personne responsable de la manière dont la convocation est faite.
Si la personne responsable de l'ordonnance n'est pas exécutée à temps, l'enquêteur peut ordonner une inspection, une saisie ou tout autre travail de l'autorité publique pour mettre la main sur cette affaire au profit de l'enquête.
S'il est établi à l'enquêteur que l'accusé n'a pas rendu l'ordonnance sans excuse acceptable, ou qu'il a fait quoi que ce soit pour faire passer cette chose en contrebande ou empêcher sa saisie, il peut la présenter au tribunal pour l'avoir condamné à s'abstenir de témoigner s'il n'est pas accusé dans l'affaire.

3.2.7 – Inspection

(78 – 89)

Article 78

Pour les gens, leurs maisons et leurs messages sont inviolables, et le caractère sacré d'une personne protège son corps, ses vêtements et ses biens. L'inviolabilité de l'habitation comprend tous les lieux clôturés ou entourés de toute barrière, utilisée ou destinée à servir d'abri. L'inviolabilité du message est interdite d'accéder aux courriels, télégrammes ou téléphones pendant qu'ils sont transmis ou transmis d'une personne à l'autre.

Article 79

Il n'est pas permis de fouiller des objets de haraam ity sans le consentement des intéressés, sauf dans les circonstances prévues par la loi et dans les conditions qui y sont établies.

Article 80

La personne, sa résidence ou ses lettres peuvent être fouillées par l'enquêteur ou par son ordonnance, pour saisir les objets utilisés dans le crime, ou pour en résulter, ou pour y attacher, au besoin pour l'enquête et il n'y a pas d'autre moyen de l'obtenir.

Article 81

La recherche de la personne se fait en recherchant son corps, ses vêtements ou ses bagages qu'elle a pour trouver des traces ou des objets liés au crime ou qu'il est nécessaire d'enquêter sur le crime. Un mandat d'arrêt peut être délivré pour usage de la force dans les limites décrites à l'article 49.

Article 82

L'inspection des femmes doit dans tous les cas être effectuée par une femme qui lui fait des cicatrices par l'enquêteur, ainsi que par ses témoins sont des femmes.

Article 83

L'inspection des habitations doit se faire par l'entrée et la recherche de quelque chose ou d'une trace qui profite à l'enquête ou qui lui est nécessaire, et l'inspection du logement peut rechercher les articles à saisir dans toutes les parties de la maison ainsi que ses accessoires et son contenu.

Article 84

S'il y a des gens à l'intérieur du magasin pendant la fouille, l'inspecteur peut les mettre sous la garde nécessaire s'il a peur qu'ils entravent la fouille, la désuets ou y résistent, et s'il a des preuves sérieuses que l'une de ces personnes cache quelque chose dans son corps ou ses vêtements, il peut la fouiller immédiatement.

Article 85

L'inspection des maisons doit avoir lieu pendant la journée, et après la permission de ceux qui occupent le lieu, il n'est pas permis d'entrer la nuit, ou sans permission, à moins que le crime soit témoin, ou si l'enquêteur constate que les circonstances d'urgence l'exigent.
Si le propriétaire de l'atelier ou l'occupant doit permettre à la personne d'inspection d'entrer, et lui faciliter la tâche, s'il refuse de le faire ou résiste à son entrée, l'inspection est permise pour entrer par effraction dans la maison et utiliser les moyens de force nécessaires pour entrer, même si les portes se brisent ou montent ou se dissipident comme l'exigent les circonstances.

Article 86

S'il y a des femmes voilées dans le logement, et que l'entrée n'a pas pour but de les contrôler ou de les fouiller, alors la personne d'inspection doit tenir compte des traditions utilisées dans leur traitement, leur permettre d'être détenues ou de quitter le logement, et leur donner les installations nécessaires pour le faire, ce qui ne nuit pas à l'autorité d'inspection et à son résultat.

Article 87

L'inspection des messages doit être contrôlée et accessible par des moyens qui correspondent à leur nature.
L'enquêteur ne peut pas reprocher aux autres pour les lettres écrites, le courrier ou le télégramme, mais donner un ordre au service postal, ou à un agent de police, de saisir le message écrit et de le lui remettre tel quel sans le casser ni voir ce qu'il y a dedans.
L'enquêteur peut utiliser la présélection ou la traduction des messages saisis par le commis enquêteur, un policier ou un traducteur, le tout en sa présence et sous sa supervision.
Quelles conversations téléphoniques l'enquêteur peut confier à l'un des agents du service téléphonique ou aux policiers pour les écouter, et les enregistrer pour lui transmettre sa demoiselle d'honneur. Il devrait inclure une définition claire de l'appel ou des appels à enregistrer, de sorte que la surveillance ou l'écoute ne dure pas plus longtemps que nécessaire par la nécessité d'une enquête.

Article 88

L'inspecteur, qu'il s'agisse de l'enquêteur ou d'autres personnes, peut utiliser ceux qui sont tenus de les aider dans l'exécution, qu'il s'agisse d'agents de police généraux, d'industriels ou d'autres professionnels, ou d'experts, à condition que leur travail soit effectué en présence de l'inspecteur et sous sa supervision et sa responsabilité.

Article 89

L'inspecteur doit rechercher les articles ou les traces qui n'ont été délivrés que pour l'inspection. Mais s'il montre accidentellement des choses que sa vie considère comme un crime, ou des choses liées à un autre crime, il doit les saisir et les prouver dans son dossier, et présenter le dossier et les objets saisis à l'enquêteur.

3.2.8 – Ajuster les choses

(90 – 97)

Article 90

L'argent transféré, à l'exception des lettres, n'est pas inviolable s'il n'est pas affilié au logement ou à la personne. Si l'enquêteur estime qu'il est nécessaire d'enquêter ou de prendre des mesures dans un cas particulier, il peut émettre une ordonnance indépendante de saisie ou de saisie lui-même.

Article 91

Les articles saisis, que ce soit par inspection ou par contrôle indépendant conformément à l'article précédent, doivent être confirmés dans un dossier indiquant leur description, leur état, la façon dont ils ont été saisis, l'endroit où ils ont été trouvés, et les paroles de ceux qui ont été saisis ou qui agissent à ce sujet.
Les saisies sont placées dans un dossier proportionnel à leur taille et à leur nature, et une feuille de papier indiquant la date, l'emplacement, la cause, la cause et la signature de celui qui l'a faite lui est apposée. Ces procédures sont effectuées avant de quitter l'endroit où la saisie a eu lieu, dans la mesure du possible.
Ceux qui ont saisi les articles ont le droit de faire une déclaration de saisies, signée par ceux qui les ont conduits et les témoins s'ils les ont trouvés.

Article 92

Les éléments auxquels l'enquêteur a accès, qu'ils soient fournis par le titulaire de son propre chef ou conformément à une ordonnance rendue par l'enquêteur conformément à l'article 77, l'enquêteur peut prendre la décision de le contrôler, lorsqu'il est jugé nécessaire de statuer sur l'affaire dans laquelle il enquête.

Article 93

Les frais d'entretien des articles saisis sont payés auprès du Trésor public, à condition que ceux qui émettent l'ordre de leur remettre les saisies ou ceux qui sont tenus de le faire soient tenus de les payer.
Si l'enquêteur conclut que les articles saisis sont vulnérables aux dommages, ou que leurs frais d'entretien sont élevés d'abord proportionnels à leur valeur, il peut les vendre et les déposer dans le casier du tribunal, et les remplacer par rapport aux dispositions des contrôles.

Article 94

Les articles qui ont été ordonnés pour être saisis restent en échec tant qu'ils sont nécessaires pour l'enquête ou l'arbitrage de l'affaire. Toute personne qui s'oppose à la saisie de choses ou à les garder en contrôle, que l'objecteur soit celui qui a cette chose ou quelqu'un d'autre, peut déposer une plainte auprès du président de la Cour suprême ou de son représentant.
Le président du tribunal se prononce sur cette objection après avoir examiné les documents de l'enquête et entendu les déclarations du plaignant.

Article 95

Si l'enquêteur conclut que les objets saisis ne sont pas nécessaires à l'enquête ou à l'arbitrage de l'affaire, il peut ordonner qu'ils soient remis immédiatement à ceux qui ont été saisis ou qui, selon eux, ont le droit de les posséder, et s'il y a un doute quant à savoir qui a le droit de posséder, l'enquêteur présentera l'affaire au président de la Cour suprême ou à son représentant pour qu'il les adjudicate.
Le président du tribunal, lorsqu'il lui est présenté, à la demande de l'enquêteur ou à la demande d'une personne, et après avoir entendu les déclarations des parties prenantes, d'ordonner le retour de l'affaire au titulaire du droit de le posséder, sauf si elle porte préjudice à l'origine du bien ou à l'affaire faisant l'objet d'une enquête, mais s'il est constaté que l'arbitrage de cette affaire Exigeant l'exposition au bien ou à l'objet de l'enquête, il doit ordonner que l'affaire soit portée devant le tribunal civil compétent ou le tribunal de première instance tel que l'affaire est.

Article 96

Si la chose corrigée n'est pas connue du propriétaire et n'a été réclamée par personne, l'enquêteur ou le tribunal peut ordonner son annonce de la façon dont il voit, et demander à ceux qui prétendent être en elle de venir présenter ce qui appuie leurs demandes.

Article 97

Si le tribunal de première instance ne se prononce pas sur la confiscation des objets saisis ou sur leur remise à une personne en particulier autre que celle qui a été saisie, l'enquêteur doit, une fois l'arbitrage final de l'affaire, ordonner qu'il soit remis à la personne qui a été saisie.
Si l'objet ne peut pas être remis au titulaire du droit, et que personne ne le réclame dans l'année suivant la fin de l'affaire, ces choses deviennent la propriété de l'État.

3.2.9 – Contre-interrogatoire de l'accusé et audition des témoins

(98 – 99)

Article 98

Si l'accusé est présent, l'enquêteur doit lui demander oralement avant le début de l'enquête.
Si l'accusé avoue le crime, à tout moment, ses aveux seront confirmés dans les procès-verbaux de l'enquête dès qu'ils seront publiés et discutés en détail. Si l'accusé le nie, il doit être interrogé en détail après avoir entendu les témoins de la poursuite, et l'accusé signe ses déclarations après l'avoir lu ou prouvé au dossier qu'il est incapable de signer ou de s'abstenir de signer.
L'accusé peut refuser de parler, ou demander que l'interrogatoire soit reporté jusqu'à la présence de son avocat, ou à tout autre moment, et ne peut pas prêter serment, ni utiliser aucun moyen de séduction ou de coercition contre lui.
L'accusé doit tout le temps montrer sa défense, discuter des témoins de la preuve, demander l'audition des témoins du déni, prendre toute mesure de l'enquête et prouver ses demandes et sa défense au dossier.

Article 99

L'enquêteur devrait entendre les témoins de la preuve, qu'ils aient été convoqués pour connaître ou à la plaignante ou qui y avaient assisté de leur propre chef, et aussi entendre les témoins du refus que l'accusé a demandé à entendre lorsque leur témoignage a été utile pour l'enquête.
Il peut discuter de chaque témoin, et les opposants peuvent également discuter des témoins si cette discussion est de l'avantage de l'enquête. L'enquêteur a le dernier mot en rejetant tout témoin inutile d'entendre, ainsi qu'en refusant de poser une question qui n'est pas productive ou sans rapport avec l'objet de l'enquête.
Chaque témoin doit assister chaque fois qu'il est invité à le faire de façon officielle, et il doit répondre à toutes les questions qu'on lui demande de faire, et prêter serment, et être honnête et honnête dans ses déclarations.

3.2.10 – Experts

(100 – 101)

Article 100

L'enquêteur peut demander à toute personne ayant une expertise technique dans n'importe quel domaine d'exprimer une opinion sur une question d'enquête, après avoir prêté serment.

Article 101

L'expert doit soumettre son opinion par écrit, et chacun des plaideurs doit soumettre un rapport d'un autre expert à titre consultatif.

3.2.11 – Conduite de l'enquête

(102 – 104)

Article 102

Après avoir terminé l'enquête, si l'enquêteur conclut qu'il y a un crime à porter au procès et que la preuve contre l'accusé est suffisante, l'enquêteur doit le soumettre au tribunal compétent pour le procès.
S'il est conclu que l'accusé n'était pas au courant ou si la preuve est insuffisante, il peut prendre la décision de sauver temporairement l'enquête. Une décision sera rendue pour maintenir l'enquête définitive si les faits attribués à l'accusé ne sont pas vrais ou non. La décision de disposer de l'enquête dans les deux cas est rendue publique aux opposants.
Ce pouvoir de conduite, pour les crimes, n'est pas prouvé à l'enquêteur à moins qu'il ne soit procureur. La décision du procureur général détermine le pouvoir d'accorder aux procureurs de tous les degrés.

Article 103

La décision de maintenir l'enquête est suspendue et l'enquête suspendue jusqu'à l'émergence de nouveaux éléments de preuve qui nécessitent la réouverture de l'enquête et son achèvement.

Le travail du gouvernement sur la fourniture de la police et de la police

Le chef de la police et de la sécurité publique peut décider de maintenir l'enquête permanente, même s'il y a un crime, et la preuve est suffisante s'il y a suffisamment de preuves dans la trivialité du crime ou dans ses circonstances pour justifier une telle conduite.

Article 104 bis ajouté en vertu de la loi 6 de 1996

La victime peut être accusée d'un crime ou d'un délit ou d'un de ses héritiers, bien qu'un civil ne soit pas autorisé à se plaindre des décisions de préservation mentionnées dans les articles précédents, dans les deux mois suivant la date de sa déclaration ou connaissance de la décision de sauver, devant le tribunal pénal ou le tribunal des délits, qui, selon les circonstances, n'est pas autorisé. (Le texte de cette disposition a été remplacé par la loi 74 de 2003 à l'article I).

Le tribunal décide en chambre de conseil du grief dans les trente jours suivant la date de sa présentation par une décision qui ne peut être contestée d'aucune façon, et peut avant de rendre sa décision d'entendre les déclarations de ceux qui jugent nécessaire d'entendre ses déclarations ou d'attribuer l'autorité chargée de l'enquête compétente pour compléter toute lacune dans l'enquête ou compléter les documents.

Si la plainte est acceptée, l'affaire sera soumise au tribunal compétent dans les 10 jours suivant la restitution des documents à l'émetteur.

Quoi qu'il en soit, la décision dans la plainte est une raison.

L'autorité chargée de l'enquête doit soumettre des affaires pour des décisions de garde dans lesquelles la victime ou ses héritiers ne sont pas connus du tribunal compétent pour examen, conformément aux conditions stipulées dans les paragraphes précédents. (Cette disposition a été ajoutée en vertu de la loi no 74 de 2003 dans son premier article))

3.3 – Procès

(105 – 222)

3.3.1 – Responsabilités

(105 – 148)

Article 105

Le parquet engage la procédure pénale en demandant que les accusés soient punis pour des crimes conformes aux procédures et aux conditions prévues par cette loi.
Les enquêteurs entament des procédures pénales en demandant que les accusés soient punis pour des délits qui ont fait l'objet d'une enquête et dont ils ont été saisis conformément à l'article 9.

Le travail du gouvernement sur la fourniture de la police et de la police

Les enquêteurs entament la procédure en demandant que les accusés soient punis pour tous les crimes dans lesquels ils ont le pouvoir d'enquêter, d'agir et de poursuivre conformément au paragraphe 2 9, conformément aux conditions et procédures prévues dans cette loi.

Le travail du gouvernement sur la fourniture de la police et de la police

La procédure d'inculpation dans la procédure pénale est traitée par l'initiateur de l'enquête et de la cession.

Article 108 (abrogé par la loi 23 de 1990)

L'article 4 du Décret no 23 de 1990 sur l'organisation du pouvoir judiciaire est abrogé.

L'accent mis par le gouvernement sur la mise à disposition de la police et de la police

Il n'est pas permis de déposer une affaire criminelle, sauf sur la base de la plainte de la victime pour les crimes suivants :
Première- Crimes de calomnie, calomnie et divulgation de secrets.
Le crime d'adultère.
Troisièmement, les enlèvements de femmes.
4- Les crimes de vol, d'extorsion, de fraude et d'abus de confiance, si la victime est de l'origine de l'auteur ou de ses branches ou est sa femme.
Si la victime est mineure, son tuteur légal peut déposer une plainte en son nom, et si cela n'est pas possible, le procureur général remplacera le tuteur à cet égard.

Article 110

Pour ceux qui ont été autorisés ou qui se sont plaints, le droit de s'abstenir de le faire est considéré comme une amnistie spéciale pour l'accusé et ses peines s'appliquent à lui.

Article 111

Toute personne qui a subi des dommages dus au crime peut intenter une action civile auprès du tribunal qui entend l'affaire pénale, en tout cas l'affaire est en instance, et dans ce cas aura le statut du demandeur dans l'affaire pénale si c'est quelqu'un d'autre qui l'a déposée.
Le procureur civil peut revendiquer son droit au cours de l'enquête préliminaire avec une demande à l'enquêteur, et être traité comme un procureur au cours de l'enquête.

Article 112

Un demandeur des droits civils peut entrer dans l'agent des droits civils dans le cas qu'il porte devant le tribunal pénal ou dans l'enquête préliminaire, et l'agent des droits civils peut intervenir de son propre chef dans la procédure pénale à l'étape du procès ou à l'étape de l'enquête, même s'il n'y a pas de réclamation civile.
Dans les deux cas, l'agent des droits civils est considéré comme un littoud de l'accusé dans la procédure pénale.

Article 113

Le tribunal pénal décide de la même peine qu'elle prononce dans l'affaire pénale dans les demandes d'indemnisation qui lui sont soumises par les parties.
Toutefois, si le tribunal pénal conclut que la décision dans la poursuite civile dans l'affaire pénale entraîne un retard dans l'arbitrage de l'affaire pénale, il doit séparer les demandeurs et statuer sur l'affaire pénale seule, et reporter l'examen de l'affaire civile à une autre audience, ou le renvoyer devant le tribunal civil compétent.

Article 114

Tout accusé civil devant le tribunal pénal doit, en tout état de cause, abandonner sa plainte civile devant le tribunal pénal. Cette dissontation n'affecte pas son droit de porter plainte devant les tribunaux civils, à moins qu'il ne déclare qu'il n'est pas mineur. Laisser le demandeur civil à sa demande n'affecte pas les droits de l'accusé ou du fonctionnaire des droits civils dont il est saisis, et il n'empêche pas le tribunal de l'éliminer avec des dépenses s'il le juge le faire.
Le procureur civil n'a pas comparu sans excuse, ce qui a permis au tribunal de statuer qu'il avait été retiré de son dossier.

Article 115

Si l'accusé est déclaré coupable, le tribunal peut l'obliger à verser une indemnisation pour les dommages causés par le crime, si le condamné s'engage à ne pas réclamer d'indemnisation supplémentaire pour la même infraction.
Le tribunal, à la demande du condamné, a ordonné l'exécution de l'indemnisation par versements. Si le condamné ne paie pas le montant de l'indemnisation, et qu'il n'est pas possible de l'exécuter sur son propre argent, le tribunal peut, s'il est jugé en mesure de payer, ordonner, à la demande du condamné, de le soumettre à la coercition physique pour une période d'au plus trois mois, sans jamais le renier. S'il a demandé à être employé au lieu de le soumettre à la coercition physique, le condamné lui a donné le produit de l'œuvre, et le condamné a été acquitté de l'indemnisation par le montant qui lui a été donné par le condamné.

Article 116

Le défendeur peut demander au tribunal de lui accorder des dommages-intérêts civils pour les dommages causés par un kindi ou une accusation fondée sur la légèreté et l'insouciance de la part du montant ou de la victime. Cette demande est faite avec une annonce officielle ou une directive à la réunion. Le tribunal peut décider de la même peine dans l'affaire criminelle initiale, et s'il estime qu'il exige des enquêtes spéciales qui peuvent retarder l'arbitrage de l'affaire criminelle, il peut reporter le verdict à une autre audience.
Le tribunal pénal accorde une indemnisation à l'accusé sur celui qui a statué sur sa condamnation pour le crime de parjure ou de fausse communication, à la demande de l'accusé ou sans sa demande, et il est probable que cela devrait être avec la peine pénale.

Article 117

Le tribunal ou le président de la Cour suprême au cours de l'enquête préliminaire, à la demande du procureur, peut nommer un tuteur du plaideur représentant la victime ou le responsable des droits civiques s'il n'a pas de représentant, ou si son intérêt est contraire à l'intérêt de son représentant.

Article 118

S'il s'avère que l'accusé, après l'avoir renvoyé à un médecin légiste, fou ou fou ou malade mental, le rend incapable de se défendre, le tribunal ou l'enquêteur de l'enquête préliminaire doit ordonner l'arrêt des procédures jusqu'à ce que l'accusé revienne à ses sens et puisse se défendre.
Si le tribunal conclut que l'aliénation mentale est antérieure ou contemporaine au crime et qu'elle entraîne un manque de responsabilité à l'égard de l'accusé, elle doit trancher l'affaire sans avoir à l'arrêter. Elle peut également être déclarée innocente pour quelque raison que ce soit si la raison de l'innocence est évidente pour le tribunal sans avoir besoin de la défense de l'accusé.
Dans tous les cas, elle peut renvoyer l'accusé à l'autorité administrative pour l'avoir déposé auprès de l'établissement affecté à la maladie mentale, ou pour le remettre à l'un de ses proches pour le maintenir et s'occuper de lui, et pour ordonner la garde comme il le juge approprié.

Article 119

Si l'affaire pénale est intentée contre le jeune homme, le tribunal ou l'enquêteur doit ordonner à son tuteur, tuteur ou rifins de soins de comparaître avec lui dans toutes les procédures pour l'aider à se défendre, et peut, si nécessaire, nommer un tuteur au plaideur.

Article 120

L'accusé dans un crime a le droit d'être affecté pour le défendre, et le tribunal doit affecter des avocats à la personne qui accomplit cette tâche si l'accusé n'affecte personne.
L'accusé est coupable d'un délit, et d'autres adversaires ont toujours le droit à la procuration qui assiste avec lui.

Article 121

L'accusé doit être présent lui-même dans toutes les procédures du procès. Toutefois, il ne peut être présent qu'en présence de son agent que si la peine pour le crime est une peine d'emprisonnement d'au plus un an ou d'une amende seulement, à moins que le tribunal n'ordonne sa présence en personne. Le tribunal peut également être satisfait de la présence de l'agent et exempter l'accusé de s'y assister lui-même si l'infraction est un délit.
Le non-accusé est un plaideur. Le tribunal peut ordonner à tout moment leur présence en leur personne, si c'est dans l'intérêt de l'enquête.

Article 122

Si l'accusé ne se présente pas lui-même ou si cela pourrait être fait, le tribunal doit s'assurer qu'il a fait une déclaration correcte au moment opportun, et peut reporter l'affaire à une autre audience et ordonner une nouvelle annonce.
Si vous confirmez que l'accusé insiste pour ne pas se présenter sans excuse acceptable et ne voit pas la nécessité de délivrer un mandat d'arrestation, ou de confirmer qu'il est un fugitif et qu'on ne s'attend pas à ce qu'il soit arrêté en temps opportun, alors elle peut ordonner que l'affaire soit entendue en son absence et rendre un verdict par contumace.

Article 123

L'accusé est considéré comme un fugitif dans les circonstances suivantes :
Tout d'abord – s'il a été arrêté ou emprisonné, puis échapper à l'arrestation ou à l'emprisonnement.
Deuxièmement, si un mandat légal valide était délivré contre lui, mais qu'il ne pouvait être exécuté, le commandant avait des preuves solides que l'homme recherché s'était caché.
Troisièmement, si un mandat d'arrêt valide était délivré contre lui, mais qu'il ne pouvait pas être exécuté, il était peu probable que plus tard, parce que l'accusé n'a pas de lieu de résidence connu au Koweït.

Article 124

Le tribunal pénal compétent pour entendre l'affaire, en cas d'évasion de l'accusé, d'ordonner la déclaration de son évasion. La déclaration est publiée au Journal officiel et est apposée sur des lieux importants dans la région où il réside, dans un lieu important de son lieu de résidence ou de travail, et partout où il voit sa publication.

Article 125

L'annonce de l'accusé en fuite comprend une ordonnance de présence à temps, et cette date ne doit pas être inférieure à un mois à compter de la date de publication ou de coller de la déclaration et est considérée comme un mandat d'arrêt, et chaque individu peut l'exécuter.
Lorsque l'accusé qui a déclaré son évasion ou a été arrêté, avant ou après la période d'annonce, a assisté à l'annonce, la déclaration a été jugée hors d'effet.

Article 126

Le tribunal à tout moment après l'annonce de l'accusé en fuite, de rendre une ordonnance de saisir une partie de son argent et de nommer un garde sur l'argent saisi, et de choisir le garde des parents de l'accusé confié ou fonctionnaires ou d'autres personnes honnêtes.

Article 127

Si l'accusé en fuite ne se présente pas à temps pour déclarer son évasion, le tribunal peut ordonner la vente de son argent saisi, et le prix est déposé dans le trésor du tribunal, et il n'est pas permis d'ordonner la vente de cet argent jusqu'à un an après la date de la réservation.

Article 128

Si l'accusé en fuite s'est présenté ou a été arrêté moins d'un an après la saisie de l'argent et a prouvé qu'il ne se cachait pas et qu'il n'était pas au courant de l'annonce pour pouvoir y assister à temps, le tribunal lui a répondu ce qu'il avait retenu de son argent.
Dans d'autres cas, le tribunal peut ordonner la confiscation de l'argent saisi, tout ou partie de celui-ci, ou le prix obtenu de celui-ci.

3.3.2 – Dépôt de poursuites et système d'audition

(129 – 153)

Article 129

Le tribunal statue sur les réclamations déposées par le parquet ou l'enquêteur.
Les tribunaux ne peuvent entendre une affaire portée contre eux de la manière juridique à laquelle il est fait référence, sauf dans les circonstances exceptionnelles prévues par la loi.

Article 130

L'affaire pénale est soumise au tribunal compétent d'un journal d'accusation qui, en plus des données à mentionner dans chacun des arguments, contient les déclarations suivantes :
– Nommer le demandeur en indiquant son nom et sa description.
– La nomination de l'accusé, habituellement en mentionnant le nom, l'âge, le lieu de résidence et d'autres données nécessaires à la nomination de la personne.
– La déclaration du crime en question, en mentionnant les actes attribués à l'accusé en termes de nature, de temps, de lieu et de circonstances, de la façon dont ils ont été commis, de leurs conséquences et d'autres actes préjudiciables pour identifier le crime.
– Description juridique du crime, en mentionnant les articles juridiques qui s'appliquent à lui, et le nom qui lui est donné par la loi, le cas échéant, avec les circonstances ou les faits associés d'autres crimes.
– Indiquer la preuve du crime et son attribution à l'accusé, en mentionnant les noms des témoins ou des preuves matérielles ou des objets saisis, en ce qui concerne les procédures de la police ou des enquêteurs en l'espèce et la conclusion de l'affaire au moment du dépôt de l'affaire.
L'omission ou l'erreur de l'une ou l'autre de ces déclarations n'est considérée comme substantielle, à moins qu'elle ne trompe l'accusé en induisant en erreur les fins de la loi pour mentionner ces déclarations.

Article 131

L'acte d'accusation est soumis au président du tribunal compétent, et le président ordonne une audience pour entendre l'affaire et annoncer l'accusé dans le journal d'accusation, et l'assigner ainsi qu'à tous les autres plaideurs et tous les témoins qu'il juge nécessaires pour être convoqués, qu'ils soient cités par le demandeur dans l'enquête préliminaire ou cités par l'accusé, pour assister à l'audience spécifiée. .

Article 132

Le tribunal ne se conforme pas à la description de l'acte d'accusation, mais doit donner à l'acte que l'enquête prouve que l'accusé a commis la description qu'il mérite aux yeux de la loi, même si elle est contraire à la description de l'acte d'accusation, et si ses descriptions sont nombreuses, elle s'appliquera à lui avec une peine d'une description, qui est la description la plus sévère.

Article 133

Le tribunal autorise le demandeur à apporter une modification à l'acte d'accusation à tout moment, à condition qu'il soit face à l'accusé ou en le déclarant, et doit donner à l'accusé suffisamment d'occasions de préparer sa défense sur cette modification conformément aux dispositions de l'article suivant.

Article 134

Si le tribunal découvre de l'enquête ce qui exige de modifier la description de l'accusation en appliquant un élément de la loi autre que l'article requis, ou en modifiant l'accusation en y augmentant certains faits ou en modifiant certains de ses éléments, ou en introduisant un défendeur ou un autre accusé, le tribunal peut alerter tous les opposants à ce sujet, et ordonner au demandeur de faire ce qui est exigé par le Modification des procédures, toutes les procédures d'enquête requises par cette modification sont effectuées.
Le défendeur peut demander que l'affaire soit ajournée pour préparer son paiement, et le tribunal doit répondre à sa demande si la modification a inclus de nouveaux faits.

Article 135

S'il estime que l'intérêt de la justice exige que l'affaire du délit soit entendue dans les deux affaires, ou que l'affaire de délit soit renvoyée devant le tribunal pour délit.

Article 136

Les audiences sont publiques, et le tribunal peut exclure une affaire dans une audience privée s'il est nécessaire que la vérité émerge ou qu'elle observe l'ordre public et la morale publique. Le jugement est toujours en public.

Article 137

Les séances du tribunal doivent être assistées par un greffier qui édite la transcription de l'audience sous la supervision du président du conseil, et montre dans le procès-verbal les noms des juges qui composent le tribunal, le lieu de l'audience, la date et l'heure de l'audience, les plaideurs présents et leurs agents et toutes les procédures qui ont lieu dans la session, et les témoignages que vous entendez, Les déclarations et les demandes des parties, le résumé de leurs arguments, le président de la session et le greffier signent le dossier.

Article 138

Le tribunal est discipliné et administré par son président, et il peut quitter la salle d'audience pour perturber son système ou causer un préjudice au procès ou à la procédure d'enquête.
Si ce n'est pas le cas, le tribunal le condamnerait immédiatement à 24 heures de prison ou lui imposerait une amende de 20 roupies, et la décision n'est pas permise.
Le tribunal peut immédiatement condamner toute personne qui ne respecte pas ses ordres de purger une peine maximale d'une semaine de prison ou une amende pouvant aller jusqu'à 100 roupies.
Le tribunal, jusqu'à la fin de l'audience, devrait revenir sur le jugement qu'il a rendu sur la base des deux paragraphes précédents, si l'accusé s'excuse auprès d'elle ou fait ce qu'on lui demande de faire.

Article 139

Le tribunal jugera la personne qui tombe lors de l'audition d'une infraction qui est sous sa forme ou sur l'un de ses membres ou sur un employé du tribunal, et la condamne immédiatement à une peine.
Il peut également juger ceux qui ont faussement témoigné à l'audience, ou s'abstenir de témoigner, et éliminer la peine prescrite.
La poursuite de ces crimes est traitée par le ministère public ou toute autre personne qui lui est assignée par le tribunal, et les procédures judiciaires, autrement, sont menées conformément aux règles normales.

Article 140

S'il y a un crime autre que les crimes stipulés dans les articles précédents, le tribunal, s'il n'envisage pas de renvoyer l'affaire à l'autorité compétente chargée de l'enquête, d'ordonner son arrestation ou son emprisonnement, d'enquêter sur l'incident et d'entendre des témoins, ordonne le renvoi de l'accusé et le libère avec un engagement d'encouragement. Il a été placé avec ou sans garantie, arrêté ou emprisonné, selon les circonstances, ainsi que le dossier qu'elle avait édité, au tribunal compétent pour le juger, ou au même tribunal s'il était compétent, mais à une autre audience.

Article 141

Les opposants et leurs agents ont toujours le droit d'assister aux séances du procès, même si elles sont confidentielles, et aucun d'entre eux ne peut être retiré à moins qu'il ne soit délivré de ce qui est considéré comme une violation du prestige du tribunal ou du système de l'audience ou une interruption de la procédure, et l'opposant ne doit pas être retiré de l'audience pour plus que nécessaire.

Article 142

Le tribunal peut à tout moment ordonner la présence de toute personne devant elle, Black a été accusé ou non accusé, si l'intérêt de l'enquête l'exige, et peut ordonner l'arrestation et la mise en accusation de l'accusé s'il estime que les circonstances de l'affaire l'exigent.
Si le témoin ne se présente pas malgré l'affectation officielle à la comparution à un moment approprié, sans donner d'excuse acceptable, le tribunal peut ordonner sa présence.

Article 143

Si le tribunal, en raison de l'absence de l'accusé, d'un adversaire, d'un témoin ou de toute autre raison, de l'affaire doit être reportée ou reportée à une autre audience, il peut l'ordonner et doit alerter les parties et les témoins présents et déclarer les absents.
Le tribunal prend une garantie d'engagement dissalonique et sans garantie que des opposants ou des témoins seront présents au moment de sa nomination.
Il peut ordonner l'emprisonnement de l'accusé ou le renouvellement de son emprisonnement ou de sa libération, conformément aux règles énoncées dans l'article suivant.

Article 144

Le tribunal peut ordonner au défendeur d'être placé en détention provisoire en attendant le crime pendant le procès si le crime est passible d'emprisonnement, et peut ordonner le renouvellement de sa détention après la fin de sa peine, qu'elle ait ordonné son emprisonnement ou que la décision ait été rendue par la personne qui lui a été renvoyée.
L'ordonnance de détention ou le renouvellement de la détention du tribunal est d'une durée d'au plus trente jours, et les déclarations de l'accusé doivent être entendues avant qu'elle ne soit délivrée.
Le tribunal ordonnera la réincarcération de tout accusé qui a reçu l'ordre d'être libéré chaque fois qu'il y a un intérêt dans l'affaire.

Article 145

Le tribunal a ordonné la libération du défendeur détenu s'il concluait que la libération n'avait causé aucun préjudice à la conduite de l'enquête et qu'il n'y avait aucune possibilité sérieuse que l'accusé s'échappe.
La mise en liberté est fondée sur l'engagement écrit de l'accusé d'y assister chaque fois qu'on lui demande de le faire au cours de l'affaire, et peut être un engagement de non-bail, et peut être subordonnée à la fourniture d'un commanditaire ou au paiement d'une assurance financière.
Cet engagement s'applique à la garantie ou sans garantie des conditions de l'engagement de présence.

Article 146

Si le tribunal conclut que l'une des procédures de l'affaire ou de l'enquête est fondamentalement viciée, il peut ordonner son invalidation et son retour, ou ordonner la correction du vice qui a été subi dans la mesure du possible, et la procédure ne peut être déclarée invalide si le vice qui l'a causé ne porte aucun préjudice aux intérêts de la justice ou des parties.
Le tribunal statue que l'affaire pénale qui lui a été soumise avant une enquête ou au cours de l'enquête n'est pas acceptée de façon admissible, s'il estime qu'elle présente un vice formel fondamental qui ne peut être corrigé ou rétabli.

Article 147

La décision de ne pas accepter l'affaire n'empêche pas l'opposant de déposer de nouveau la poursuite lorsque les exigences légales sont disponibles au moment de la rentrée.

Article 148 (modifié par la loi 9 de 1985 Article 1)

Le procureur peut demander au tribunal pour délit d'émettre une ordonnance pénale pour punir l'accusé pour un délit passible d'un maximum d'un an d'emprisonnement ou d'une amende d'au plus 500 dinars.
Cela se fait par une pétition avec une déclaration que ce qui est nécessaire est de décider à ce sujet par une ordonnance pénale, et joindre à la pétition tous les papiers et les dossiers de la vie pour l'accusation.
Le tribunal statue sur cette demande en l'absence de l'accusé en l'absence d'une brève façon sans qu'il soit nécessaire d'enquêter sur l'audience, seulement pour voir les documents et les dossiers de l'enquête ou de l'enquête, mais ne peut se prononcer sans une pénalité d'une amende qui ne dépasse pas 100 dinars.

Article 148

Le procureur général peut demander au tribunal pour délit d'émettre une ordonnance pénale punissant l'accusé pour un délit qui ne dépasse pas la peine d'un an d'emprisonnement pour l'accusé dans un délit dont la peine ne dépasse pas les dinars.
Cela se fait par une pétition avec une déclaration que ce qui est nécessaire est de décider à ce sujet par une ordonnance pénale, et joindre à la pétition tous les papiers et les dossiers de la vie pour l'accusation.
Le tribunal statue sur cette demande en l'absence de l'accusé en l'absence d'une brève façon sans qu'il soit nécessaire d'enquêter sur l'audience, seulement pour voir les documents et les dossiers de l'enquête ou de l'enquête, mais ne peut se prononcer sans la peine d'une amende qui ne dépasse pas 100 dinars.

Article 149

Lorsque la demande d'ordonnance pénale est présentée à la Cour des délits, elle peut, si elle estime qu'il est dans l'intérêt de toute raison de ne pas trancher l'affaire de façon sommaire, de rendre une ordonnance restrictive et de la déclarer au demandeur et, par conséquent, s'il voit le dépôt de l'affaire. de recourir à la manière normale.
Si vous acceptez l'arbitrage de l'affaire de cette façon, l'ordonnance qu'elle rend à cet égard est considérée comme un jugement par contumace pour l'accusé, en fonction de son autorité et en ce qui concerne les méthodes d'appel.

3.3.3 – Enquête et éléments de preuve à l'audience

(150 – 174)

Article 150

Dans le cas d'un procès sommaire par ordonnance pénale, les tribunaux pénaux doivent eux-mêmes engager les procédures nécessaires pour enquêter sur les affaires qu'ils entendent conformément aux règles établies ultérieurement, et les dispositions prévues dans l'enquête préliminaire, qui sont complémentaires s'il n'y a pas de disposition contraire.
Le tribunal ordonne à l'un de ses membres ou à un enquêteur d'engager une certaine procédure d'enquête, et ses procédures sont soumises aux règles applicables à la procédure de première instance.

L'accent mis par le gouvernement sur la mise à disposition de la police et de la police

Le tribunal est convaincu des éléments de preuve tirés de son enquête sur l'affaire ou des enquêtes préliminaires, et il est absolument libre d'évaluer la preuve et de former sa déclaration de culpabilité comme sa conscience le suggère.
Le juge ne peut pas se fier à ses renseignements personnels dans son jugement.

L'accent mis par le gouvernement sur la mise à disposition de la police et de la police

Il est permis d'inclure les dossiers des enquêtes préliminaires dans le dossier et ces dossiers n'ont pas le pouvoir de prouver devant les tribunaux, mais le tribunal peut les utiliser comme suit :
– S'appuyer sur eux pour extraire des éléments de preuve justifiés ou positifs pour mener une procédure d'enquête spécifique.
– Les éléments qui en découlent doivent être utilisés dans la discussion des témoins, des experts ou des défendeurs.
– Appelez l'enquêteur comme témoin et discutez de ce qu'il a prouvé au dossier après son assermentation.

Le travail du gouvernement sur la fourniture de la police et de la police

Si un juge fait certaines procédures d'enquête et le fait au dossier, puis lui succède par un autre juge, le successeur peut s'appuyer dans son jugement sur les actions de son prédécesseur. À l'envers, seul ou à la demande d'un adversaire, répétera tout ou partie de ces procédures.

L'accent mis par le gouvernement sur la mise à disposition de la police et de la police

L'accusé assiste ou l'amène s'il est arrêté ou détenu sans restrictions et le tribunal peut le retirer de l'audience s'il juge nécessaire de maintenir le système d'audience ou la confidentialité de l'enquête.
L'accusé ou d'autres parties peuvent s'opposer à la validité de la composition du tribunal ou de la procédure formelle du procès, avant de s'exprimer sur le sujet. Le tribunal doit corriger ou ordonner toute erreur formelle dans l'acte d'accusation ou toute autre action si elle peut être corrigée, à la demande d'un adversaire ou de son propre chef.

Le travail du gouvernement sur la fourniture de la police et de la police

Le tribunal inculque l'accusé, le lui lit et lui explique. Il demande ensuite s'il est coupable ou non, notant qu'il n'est pas obligé de parler ou de répondre et que ses déclarations peuvent être un argument contre lui.

Le travail du gouvernement sur la fourniture de la police et de la police

Si jamais l'accusé plaide coupable, le tribunal devrait entendre ses déclarations en détail et en discuter en détail. Si elle est convaincue que la confession est correcte et constate qu'aucune autre preuve n'est nécessaire, elle peut se passer de toutes ou de certaines des autres procédures d'enquête et statuer sur l'affaire. Il peut faire l'objet d'une enquête le cas échéant.

L'accent mis par le gouvernement sur la mise à disposition de la police et de la police

Les aveux de l'accusé ne lui sont limités qu'à lui, et ils ne sont pas considérés comme des aveux de l'accusé, sauf ceux qui expriment clairement le crime qui lui est attribué avec conscience, liberté et conscience, sans exiger la fragmentation de ses déclarations, de son interprétation ou de sa suppression.
Dans le cas contraire, les déclarations de l'accusé, que ce soit au tribunal ou dans le cadre de l'enquête préliminaire, sont utilisées comme d'autres déclarations de parties ou de témoins à la discrétion du tribunal, et peuvent en tirer des éléments de preuve dans la preuve ou le déni, que ce soit pour l'accusé ou d'autres défendeurs, même s'il est nécessaire de l'interpréter ou de la décomposer.
Les déclarations de l'accusé dans toute enquête ou procès sont valides pour la preuve, pour lui dans toute autre enquête ou tout autre procès.

Article 158

Il n'est pas permis à l'accusé d'être assermenté, de le forcer ou de le forcer à répondre ou à faire certaines déclarations par quelque moyen que ce soit.
Le silence de l'accusé ou son omission de répondre à une question n'explique pas qu'il ait reconnu quelque chose, et il n'est pas correct de le faire. Le parjure ne devrait pas être puni pour les déclarations faites pour sa propre défense. Mais le tribunal devrait s'inspirer de l'omission du défendeur de répondre, ou de la réponse incorrecte, à ce qu'il considère comme sa conclusion.

L'accent mis par le gouvernement sur la mise à disposition de la police et de la police

Si le tribunal conclut que les déclarations ou les aveux de l'accusé ont été faits à la suite de tortures ou de coercition, il devrait les considérer comme invalides et n'avoir aucune valeur à prouver.
Cette règle ne s'applique pas aux déclarations de l'accusé à qui l'on a offert l'amnistie conformément à l'article suivant.

Article 160

Si le crime est passible d'une peine d'emprisonnement de plus de sept ans ou d'une peine plus sévère et que plus d'une personne y a participé, et que l'enquête a besoin de preuves suffisantes contre eux ou certains d'entre eux, alors le chef de la police et de la sécurité publique à la demande du ministère public devrait accorder une amnistie à toute personne qui pense qu'il a quelque chose à voir avec le crime. S'il était accusé de l'avoir commis à la condition qu'il fournisse suffisamment d'informations pour arrêter l'autre accusé. L'accusé est considéré comme un témoin dans cette affaire, mais il n'est pas assermenté et peut demeurer en détention.
L'amnistie devient effective et contraignante si l'accusé applique ces conditions de bonne foi et que l'enquête est sérieusement assistée, auquel cas la procédure pénale n'est pas engagée contre lui.

Article 161

S'il s'avère que l'accusé qui a promis l'amnistie a délibérément dissimulé certains faits importants, fait des déclarations qu'il savait fausses ou a tenté d'induire la justice en erreur de quelque façon que ce soit, la réhabilitation a été considérée comme nulle et non avenue, auquel cas les déclarations de l'accusé qui lui ont été faites, sur promesse d'amnistie, sont considérées comme un argument.

Article 162

Si l'accusé plaide coupable ou refuse de répondre, le tribunal doit ouvrir une enquête, en entendant des témoins et des experts et en procédant à ce qu'il juge nécessaire d'examiner et de discuter de la preuve, dans l'ordre qu'il juge approprié.
C'est autant que possible que suit: le demandeur commence par énoncer la preuve qu'il veut prouver la déclaration de culpabilité de l'accusé dans un mémoire, et est lu par le demandeur des droits civils, le cas échéant, et exige ensuite des témoins de prouver. L'accusé explique ensuite brièvement les faits que les témoins de l'exil ont appelés à prouver, et le responsable des droits civiques, le cas échéant, le suit, puis interroge les témoins de l'exil.
Le tribunal peut exiger de l'accusé en détail après l'audition des témoins, à moins qu'il ne demande que cela soit fait à un autre moment. Il peut lui demander à tout moment quelles questions et clarifications sont nécessaires, pour lui permettre de clarifier les circonstances qui lui sont reprochées.

Article 163

L'accusé et les autres adversaires doivent tout le temps demander à entendre des témoins et à demander une procédure d'enquête spécifique. Le tribunal répondra à cette demande s'il estime qu'il a un chef de file dans l'enquête et peut rejeter la demande s'il estime que son but est la procrastination, l'malveillant ou la désinformation, ou qu'il est inutile de lui répondre.

Article 164

Le tribunal lui-même peut déclarer tout témoin qui juge nécessaire d'entendre sa déclaration ou de voir la nécessité de lui demander à nouveau, car il peut entendre toute personne présente ou tout témoin qui assiste de son propre chef s'il estime que c'est dans l'intérêt de l'enquête.

Article 165

Toute personne invitée à témoigner par l'enquêteur ou le tribunal doit y assister à l'heure et au lieu spécifiés, prêter serment et répondre aux questions qui lui sont adressées. S'il s'abstient de le faire sans excuse acceptée par le tribunal, il est considéré comme coupable du crime de ne pas avoir témoigné.
S'il est établi que le témoin a fait des déclarations qu'il sait ne pas être vraies, il sera puni pour le crime de parjure.
Les jugements du témoin de la victime s'appliquent à cet égard.

Article 166

Le témoin est tenu de prêter serment, s'il est sain d'esprit et âgé de 14 ans, que le témoin soit jeune, qu'il souffre d'une maladie ou d'une déficience grave qui rend possible ou non garanti les résultats avec lui, alors il n'est pas autorisé à prêter serment et ses déclarations ne sont pas considérées comme un témoignage. Mais si le tribunal estime qu'il est utile de l'entendre en appel, il peut utiliser les mouvements ou les signaux qui peuvent être compris avec ces personnes, et d'utiliser les personnes avec lesquelles ils peuvent comprendre.

Article 167

Le tribunal entend les témoins de la preuve et les oriente vers les questions qu'il voit, puis le demandeur les interroge, le demandeur des droits civils, le cas échéant, et l'accusé, et le fonctionnaire des droits civils, le cas échéant, en discuter par la suite. Ils peuvent être discutés à nouveau, de la part du tribunal, du demandeur et du demandeur civil, en vue de clarifier les faits dont ils ont témoigné dans leurs réponses au sujet de la question du défendeur et du responsable des droits civils. Le tribunal entend alors les témoins de l'exil, et les oriente vers les questions qu'ils voient, puis l'accusé les interroge, qui est responsable des droits civils le cas échéant.
Le demandeur et le demandeur des droits civils, le cas échéant, en discutent par la suite et peuvent en discuter à nouveau, de la part du tribunal, de l'accusé et du responsable des droits civils, dans le but de clarifier les faits dont ils ont témoigné dans leurs réponses aux questions du demandeur et du demandeur des droits civils.
Le tribunal interdit toute question qu'il considère comme étant liée à l'affaire, ou qu'elle est inutile, ou qu'il s'agit d'une tentative d'influencer le témoin ou de lui suggérer, ainsi que de poser toute question entrante ou immorale si elle n'est pas liée aux faits dont dépend l'arbitrage de l'affaire, et le tribunal devrait protéger les témoins de tous les Une tentative de les terroriser, ou de les confondre, en témoignant.

Article 168

Le tribunal, s'il juge nécessaire de se déplacer à l'endroit où le crime a été commis ou ailleurs pour procéder à un interrogatoire, ou d'entendre un témoin qui ne peut pas assister, ou de faire tout autre travail d'enquête, l'ordonner, et permettre aux opposants de venir avec elle dans cette transition.
Au lieu de cela, il peut affecter l'un de ses membres ou un enquêteur pour effectuer la procédure selon les conditions qu'il nomme, et dépend du dossier qu'il édite. Cette procédure s'applique au juge ou à l'enquêteur des règles qui s'appliquent aux procédures judiciaires.

Article 169

Le tribunal peut ordonner à quiconque de soumettre quelque chose en sa possession s'il est dans l'intérêt de l'enquête, et peut ordonner la saisie de tout ce qui a trait à l'affaire ou utile dans son enquête.
Le tribunal, s'il lui présente un document ou quoi que ce soit d'autre pendant le procès, ordonne qu'il soit gardé jusqu'à ce que l'affaire soit tranchée.

Article 170

Le tribunal peut faire appel à un expert pour le chanter pour exprimer une opinion sur une question technique liée à l'affaire, et l'expert soumet un rapport écrit au tribunal à son avis. Chacun des plaideurs doit présenter un rapport consultatif d'un expert sur la même question.
Si l'accusé ou l'un des témoins ne connaît pas l'arabe, le tribunal devrait recourir à un interprète pour comprendre les déclarations de l'accusé et ce qui se passe à l'audience et appliquer aux traducteurs les jugements des experts.
S'il est prouvé que l'un d'eux a été tué dans son droit, il sera puni par la punition d'un faux témoin.

Article 171

Chacun des plaideurs peut se soumettre à la cour des notes écrites pour sa défense, y compris dans le dossier. À la fin de l'enquête, le tribunal entend l'affaire des droits civils du demandeur, puis le défendeur ou son agent et le cas du responsable des droits civils.
Le demandeur et le demandeur du droit civil doivent suivre les déclarations de l'accusé et du responsable des droits civils, à condition que l'accusé et l'agent des droits civils soient autorisés à répondre et que l'accusé soit toujours le dernier à prendre la parole.

Article 172

Une fois l'enquête et l'affaire terminée, le tribunal rend son verdict d'innocence ou de sanction et, dans les deux cas, il se prononce sur la demande d'indemnisation présentée par le demandeur civil.
Si le tribunal conclut que l'accusation est fixe et n'a pas examiné les circonstances qui demandent la réduction ou l'aggravation de la peine, le tribunal peut prononcer une déclaration de culpabilité. Les déclarations du demandeur et de l'accusé au sujet de l'évaluation de la peine sont alors entendues, ainsi que les témoins de la biographie du défendeur sur demande et il y a une justification à sa réponse à cette demande, puis une peine de la peine à imposer à l'accusé.

3.4. Condamnations, effets, défis et mise en œuvre

(173 – 266)

3.4.1 – Images et effets des phrases

(173 – 233)

Article 173

Les dispositions de la Loi sur les renvois civils et commerciaux s'appliquent dans les cas où le juge n'est pas apte à entendre l'affaire, et dans les cas où le juge peut être congédié et dans les procédures suivies dans sa réponse.

Article 174

Les membres de la cour discutent du verdict avant de le rendre et chacun d'eux exprime son opinion dans une délibération secrète, et le verdict est rendu à la majorité, si la majorité n'est pas disponible et que les opinions sont divisées en plus de deux opinions, les juges les plus récents doivent se joindre à l'une des autres opinions.

Article 175

La décision doit être fondée sur les motifs sur lesquels elle a été construite, sinon elle serait invalide. La décision comprend une déclaration du tribunal qui l'a rendue, la date et le lieu de sa délivrance, les juges qui ont participé au jugement, les parties, le crime en question, le texte des demandes, la défense ou les moyens de défense présentés par les parties, et le résumé de la preuve factuelle et des arguments juridiques, et les étapes de l'affaire et ont ensuite mentionné les motifs. B jugement et parlé.
Le projet de disposition, qui contient une parole et ses motifs, est conservé dans le dossier, et ne donne pas d'images. Cependant, jusqu'à ce que la version originale du jugement soit terminée, les opposants peuvent le voir.

Article 176

Le président de la Cour prononce le verdict lors d'une audience publique et est récité par ses propres mots.
Les juges qui ont participé au verdict doivent être présents et le lire, donc s'il y a une objection à l'un d'eux, alors il doit signer son projet, et s'il prononce le verdict après la plaidoirie, alors son projet, qui contient ses motifs, doit être déposé signé par le président et les juges et indiqué par la date de son dépôt, dans les sept jours du jour du jugement, puis Le verdict a été rendu, lors d'une audience autre que l'audience, et son projet doit être déposé après le verdict.

Article 177

Le juge présidant et l'auteur signent la copie originale du jugement contenant les faits de l'affaire, les motifs et l'agent, et le conservent dans le dossier de l'affaire, dans les trois jours suivant le dépôt du projet.

Article 178

Lorsque le tribunal prononce le verdict, il n'est pas permis d'y changer quoi que ce soit, à moins qu'il ne corrige simplement une erreur écrite.

Article 179

Chaque jugement est remis à l'accusé et au demandeur, sans frais et l'image est remise aux opposants en personne, et est officiellement annoncé à ceux qui ordonnent au tribunal de les déclarer.
Toute personne ayant un intérêt peut demander qu'on lui remettait une copie officielle du jugement ou du procès-verbal de l'audience, après avoir payé les honoraires prévus et le président du tribunal qui a rendu le jugement est jugé, et le président peut donc exempter l'étudiant de payer les frais s'il juge une justification pour cela.

Article 180

Le tribunal qui statue sur la question doit statuer sur les réclamations en instance des articles saisis et peut renvoyer le différend devant le tribunal civil compétent s'il le juge nécessaire. Le tribunal peut agir sur les saisies par une décision indépendante au cours de la procédure.
L'élimination des saisies doit être ordonnée pour être remise à une personne particulière, qu'elle soit partie ou non à l'affaire, ou de les confisquer pour le gouvernement ou de les détruire.

Article 181

L'ordonnance rendue pour disposer des articles saisis tel qu'énoncé dans l'article précédent ne peut être exécutée, si le jugement en l'espèce peut être porté en appel, jusqu'à ce que, après l'expiration de la date d'appel ou après qu'un jugement final ait été rendu dans l'affaire si l'appel a été interjeté à temps, et ce n'est pas ce que les articles saisis sont satisfaits. Il est endommagé.
Toutefois, s'il est ordonné de remettre les objets saisis à une personne en particulier, le tribunal peut les remettre immédiatement, avec un engagement, sous caution ou sans caution. Pour retourner les choses que vous recevez s'il ne supporte pas l'ordre en vertu duquel il livre les choses.

Article 182

Si une personne est reconnue coupable de vol ou de dissimulation d'argent volé et qu'il est prouvé qu'une autre personne lui a acheté l'argent volé sans savoir qu'elle l'avait volé et qu'elle n'avait aucune raison de le croire, et qu'elle avait de l'argent en possession de la personne condamnée saisie au moment de son arrestation, le tribunal peut, à la demande de l'acheteur, et au moment de l'ordonnance. Remboursez l'argent volé au droit de le posséder, ordonnez à l'acheteur de remettre l'argent saisi dans la mesure où il paie.

Article 183

Si l'infraction est en instance en possession d'un bien et que le tribunal décide de le retirer de sa main et de le garder à sa disposition pendant l'audition de l'affaire, il peut ordonner qu'il soit placé en détention, et le demeure tant que la réserve est nécessaire à l'enquête.
Si une personne est déclarée coupable d'un crime accompagné du recours à la force, et que le tribunal conclut qu'une personne a été dépouillée de la possession d'un bien pour une telle force, le tribunal peut ordonner le retour des biens à la possession de celui qui a été violé, sans porter atteinte aux droits d'autrui sur la propriété.

Article 184

Une fois qu'un verdict a été rendu dans le cadre de l'affaire pénale d'innocence ou de condamnation à l'égard d'un accusé en particulier, il n'est plus permis de déposer une autre affaire criminelle contre cet accusé pour les mêmes actes ou faits pour lesquels le verdict a été rendu, même s'il lui a donné une autre description, compte tenu des dispositions contenues dans les articles suivants.
Si une affaire pénale est déposée, il est permis de confirmer la décision antérieure dans tous les cas où l'affaire a été, même devant la cour d'appel, et le tribunal doit en tenir compte même si les parties ne s'y conforment pas, et prouver la décision précédente en soumettant une copie officielle de celui-ci ou un certificat de la cour de sa délivrance.

Article 185

Si un verdict est rendu pour un crime particulier, il s'avère que les actes qui constituent ce crime sont un autre crime en raison des nouvelles conclusions, il est permis de déposer une poursuite pour le nouveau crime si ces résultats ont eu lieu après le premier jugement, ou s'est produit avant le verdict a été rendu, mais le tribunal n'était pas au courant.

Article 186

Dans le cas prévu dans l'article précédent, si la première peine était prononcée avec une peine, le tribunal doit en tenir compte s'il condamne la peine dans la nouvelle affaire.

3.4.2 – Opposition et appel

(187 – 243)

3.4.2.1 – Opposition

(187 – 198)

Article 187

L'opposition peut être condamnée par contumace pour des délits et des crimes, et l'opposition est devant le tribunal qui a rendu le verdict par contumace.

Article 188

L'opposition date d'une semaine et commence dans les délits à partir de la date de l'annonce de la peine par contumace des condamnés, mais dans les crimes, c'est la date de l'arrestation du condamné édifiant lui-même. Si cette date passe sans l'opposition du condamné, un appel ne peut faire l'objet d'un appel que si c'est possible.
Le verdict est annoncé par contumace à la personne condamnée, s'il n'est pas possible de remettre la déclaration dans son lieu de résidence à ses proches ou l'authenticité des résidents avec lui ou à ses disciples. Si aucun d'entre eux, ou qui que ce soit, ne reçoit la déclaration, la déclaration sera publiée au Journal officiel et apposée dans des endroits importants de la zone où elle se trouve, dans un lieu important de son lieu de résidence ou de travail, et où qu'il la voie.

Article 189

L'opposition présente une pétition soumise au greffe du tribunal qui a rendu le verdict et signe la pétition contre le condamné ou son compte.
La pétition de l'opposition comprend une déclaration complète de jugement dissident, l'argumentation contre laquelle elle a été émise, les motifs sur lesquels l'opposition est fondée et les demandes qu'elle fait.

Article 190

Le président du tribunal qui a rendu sa décision doit ordonner une audience pour l'opposition, et la plume du livre doit déclarer de lui-même les condamnés et les autres parties au moment de cette audience, ainsi que déclarer de lui-même la requête d'opposition à d'autres opposants.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Si le condamné décède avant la fin de la date de l'opposition, ou avant le renvoi de l'opposition, sa mort entraînera la chute de la peine de procès et l'expiration de l'affaire pénale dont il est saisis.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Si l'opposition est absente de la première session de l'examen de l'opposition, le tribunal a statué que l'opposition ne l'était pas. Dans le cas de la possibilité d'appel, la date est valide à partir du moment où cette peine est prononcée.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Le tribunal stipule que l'opposition n'acceptera pas sa levée après la date limite, l'absence du statut de son releveur, ou tout autre vice formel fondamental. Elle peut s'opposer à l'admission lors de l'audition de l'affaire si la raison n'est révélée qu'après le début de la procédure.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Si le tribunal estime que l'opposition est acceptable dans sa forme, vous entendez les déclarations, les demandes et la réponse des opposants.
Si l'opposant demande d'entendre des témoins ou de mener une enquête, le tribunal peut entendre ces témoins ou d'autres personnes qui voient leur témoignage entendu et faire ce qu'ils jugent nécessaire.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Le tribunal a confirmé le verdict par contumace s'il jugeait que l'opposition était sans fondement et que la décision était correcte sur le fond et sur le fond.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Le tribunal statue par contumace s'il constate un vice objectif ou un vice formel qui ne peut être corrigé, ou s'il est contraire à la loi, si l'opposant a confirmé ces défauts ou si le tribunal les a observés de lui-même.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

L'opposition peut ne pas être préjudiciable à l'opposition, il est permis d'annuler la peine par contumace et d'être acquittée, et la peine par contumace peut être modifiée et la peine est réduite, mais cette peine ne peut pas être augmentée.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

La décision rendue par l'opposition n'est pas permise dans l'opposition, et elle ne peut faire l'objet d'un appel que si elle est rendue dans le cas d'un délit dans lequel la peine ne peut faire l'objet d'un appel.

3.4.2.2 – Appel

(199 – 213)

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Il est permis d'interjeter appel de tout verdict rendu en première instance, acquitté ou condamné par le tribunal pour délit ou le tribunal pénal, que la peine soit prononcée par contumace ou par contumace et que le délai ait expiré sans y être opposé, ou qu'il soit prononcé en opposition dans une décision par contumace.

Article 200

Les peines prononcées dans le cadre d'une procédure civile par les tribunaux pénaux peuvent faire l'objet d'un appel si elles peuvent faire l'objet d'un appel si elles sont prononcées par les tribunaux civils ou si elles ont été portées en appel à la suite de l'appel de la peine prononcée dans l'affaire pénale.

Article 200 bis introduit le 06/07/2003 ajouté en vertu de la loi 73 de 2003

Tant pour le procureur général que pour son défenseur public décentralisé, seul, ou à la demande du ministère public, et pour le responsable des droits civiques condamné ou son demandeur de contester les peines de la Cour des délits a fait appel de la peine d'emprisonnement, devant la Cour suprême d'appel – avec un organe de discrimination – selon Dans les affaires, les dates et les procédures pour contester la discrimination et les appels criminels prévus par les lois 17 de 1960 et (40) de 1972 et la loi de décret no (38) de 1980 mentionnée.

Les arrêts ne sont pas susceptibles d'être déduisés par la Cour de cassation.

Le gouvernement met l'accent sur la fourniture des

La date d'appel est de 20 jours à partir de la date de la détermination de la peine si le verdict est par contumace ou par opposition, et à partir de la date de son devenir une opposition si elle est par contumace.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

L'appel est déposé avec une requête soumise au greffe du tribunal qui a rendu le verdict, et la pétition est signée par l'opposant en appel ou son nom. Si l'accusé est en détention, il dépose un appel négocié par le directeur.
L'appel comprend une déclaration complète du jugement de l'appelant, la preuve contre laquelle il a été délivré, la prescription de l'appelant contre lui, les motifs pour lesquels l'appelant est fondé et les demandes qu'il a présentées.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Le stylo du livre doit renvoyer le dossier d'appel avec le dossier au tribunal compétent pour l'audition de l'appel, dans un délai d'au plus trois jours.
Le président du tribunal compétent pour entendre l'appel, lorsque l'appel et le dossier est reçu, ordonne la détermination d'une audience pour l'appel, et le greffe de cette cour déclare de son propre chef l'adversaire en appel et les autres parties au moment de la présente audience, ainsi que l'appel des autres parties.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Si l'un des plaideurs n'assiste pas à l'audience de l'appel, le tribunal peut rejeter sa présence et décider de l'appel en son absence s'il n'a pas d'excuse acceptable, et n'a pas le droit de l'opposition à cette décision, et peut reporter l'audience d'appel à une autre audience et ordonner la nouvelle déclaration de l'opposant absent. Ou l'arrêter et l'amener si né cessaire.
Si la personne absente est l'appelant, le tribunal peut considérer que son absence est le résultat de son appel et statuequer que l'appel doit être considéré comme s'il ne l'était pas.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Si la peine de mort de l'accusé décède avant l'expiration de la date d'appel, ou avant l'expiration de la décision sur l'appel interjeté contre lui, le décès entraînera la chute de la peine initiale et l'expiration de l'affaire criminelle dont il est saisis.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Le tribunal enquêtera en n'acceptant pas l'appel interjeté après les Fêtes, ou par manque de caractère à effet de levier, ou pour tout autre vice formel qui est important et peut se prononcer contre l'acceptation lors de l'audition de l'affaire, si le vice ne lui est révélé qu'après le début de celui-ci.

Le soutien du gouvernement au travail du gouvernement dans le pays

Si le tribunal estime que l'appel est admissible, les déclarations et les demandes de l'appelante sont entendues et l'appelante répond contre lui et d'autres parties qu'elle voit.
Si l'appelant demande d'entendre des témoins ou de mener une enquête, le tribunal peut entendre ces témoins ou d'autres personnes qui voient leur témoignage entendu et faire ce qu'ils jugent nécessaire.

Le gouvernement met l'accent sur la fourniture des

Le tribunal a confirmé le procès s'il jugeait que l'appel était sans fondement et que le verdict était correct sur le fond et sur le fond.
Si le jugement ou les procédures antérieures présentent un vice formel qui peut être corrigé, le tribunal devrait corriger ce défaut et statuer que le jugement est confirmé relativement à l'affaire, si ce qu'il a conclu est exact à cet égard. Si la déclaration de culpabilité est en place, le tribunal peut modifier la peine.

L'accent mis par le gouvernement sur la mise à disposition de la police et de la police

Le tribunal se prononcera sur l'annulation du jugement en appel, s'il constate un vice objectif ou un vice formel qui ne peut être corrigé, ou s'il est contraire à la loi, que l'appelant ait confirmé ces défauts ou que le tribunal les ait observés de lui-même. En l'espèce, elle doit rendre un nouveau jugement dans l'affaire, sans se conformer à quoi que ce soit dans le jugement de première instance.

Article 210

La peine prononcée en appel n'est pas permise de s'y opposer.

Article 211

Chaque peine prononcée par la Cour pénale de la peine de mort est renvoyée par le tribunal de son propre chef devant la Cour suprême d'appel, et le renvoi est dans un délai d'un mois à compter de la date du jugement s'il n'a pas fait l'objet d'un appel par la personne condamnée.
En l'espèce, la Cour suprême d'appel exerce tous les droits qu'elle a en appel.

Article 212

Toutes les ordonnances et actions menées par la police, l'enquêteur ou le tribunal concernant les procédures de l'affaire ou de l'enquête peuvent faire l'objet d'un appel auprès du tribunal de première instance ou du tribunal de première instance au moment de l'audition de l'affaire. Jusqu'à ce qu'un jugement final soit rendu, le présent pourvoi n'est pas considéré comme un appel et il ne respecte pas une date ou des procédures précises.
Le plaignant n'est pas tenu de se prononcer sur elle par une décision indépendante, et le silence du tribunal sur la réponse à ces griefs dans le jugement de fond est un rejet implicite de celui-ci, et une reconnaissance de la validité de la procédure dont on s'est plaint.

Article 213

Si un appel est interjeté ou interjeté par l'accusé seul, il n'est pas permis d'interjeter appel ou d'en appeler.

3.4.3 – Exécution des peines

(214 – 266)

3.4.3.1 – Exécution des peines

(214 – 216)

Article 214

Les peines prononcées par les tribunaux pénaux ne peuvent être appliquées que si elles deviennent définitives.
Li a déclaré que le tribunal peut ordonner que la peine initiale soit couverte par la force immédiate, conformément aux règles établies par cette loi.

Article 215

Si l'accusé est en détention et qu'un verdict préliminaire d'innocence, d'amende ou d'emprisonnement avec sursis est prononcé, il devrait être libéré immédiatement.
L'accusé, qui a d'abord été condamné à une peine d'emprisonnement, doit être libéré s'il a purgé une détention provisoire pour une période équivalente à la peine.

Article 216

Le président du tribunal qui a prononcé la sentence pour faire appliquer cette décision envoie cette décision à l'initiateur de l'affaire pénale, et cet organe doit l'envoyer à la police et à la sécurité publique pour prendre des mesures pour mettre en œuvre le jugement et en informer le président du tribunal qui a rendu le jugement lorsque les procédures d'exécution sont effectuées.
Le président du tribunal doit être informé des raisons du retard si la mise en œuvre est retardée de plus d'une semaine à partir de la date du jugement.

Article 216 bis 1

La mise en œuvre des peines, décisions ou ordonnances rendues dans les sanatoriums, les abris de traitement, les institutions de protection sociale ou toute autre mesure préventive ou thérapeutique ne porte pas préjudice aux pouvoirs établis par l'autorité administrative compétente en vertu des articles 16, 17, 18, 19, 21 de la loi no 17 de 1959 relative à l'établissement de Étrangères.

3.4.3.2 – Exécution

(217 – 218)

Article 217

Toute condamnation à mort ne peut être exécutée tant que le prince ne l'aura pas ratifiée, et le condamné n'est pas placé en prison jusqu'à ce que le prince délivre sa décision d'approuver, de commuer ou de gracier.
Si le prince approuve le verdict, le président du tribunal ordonne son exécution, le procureur ou ses enquêteurs supervisent l'exécution, et procèdent à l'exécution par pendaison ou peloton d'exécution.

Article 218

Si une femme condamnée à mort est déclarée enceinte et a son enfant à naître en vie, l'exécution doit être suspendue, et l'ordonnance est soumise au tribunal, qui l'a condamné à la prison à vie.

3.4.3.3 – Exécution d'une peine d'emprisonnement

(219 – 227)

Article 219

Le tribunal, qui a prononcé une peine d'emprisonnement préliminaire, ainsi que le tribunal auquel il a fait appel de la sentence, peuvent ordonner son exécution immédiate ou inculper le condamné de caution personnelle ou financière s'il n'a pas peur de fuir.
Si le condamné est placé en détention provisoire au moment du verdict du procès, le verdict du procès est rendu immédiatement, à moins que le tribunal qui a rendu le verdict ou le tribunal auquel il a interjeté appel ordonne la libération du condamné en échange d'une caution personnelle, financière ou non-bail s'il n'a pas peur. Il s'enfuit.
Si le tribunal qui a rendu l'ordonnance de première instance a ordonné son exécution immédiate, la cour d'appel à tout moment au cours de la procédure avant qu'elle ne puisse libérer la personne condamnée à sa demande, en échange d'une caution personnelle, financière ou non s'il ne craint pas son évasion.

Article 220

Si la personne condamnée à une peine d'emprisonnement a purgé une période de détention provisoire en attendant l'affaire dans laquelle la peine a été prononcée, la période de détention provisoire doit être déduite de la période d'emprisonnement au moment de son réchité.

Article 221

Si plusieurs peines sont prononcées à l'égard d'un accusé, les peines d'emprisonnement avec emploi sont exécutées avant les peines d'emprisonnement simple, et les peines sont exécutées dans les deux cas respectivement après la fin de l'autre, afin d'être délivrées. Le tribunal peut toutefois ordonner l'intervention de l'exécution d'une peine dans l'exécution d'une autre peine, et toutes ces peines ne doivent pas dépasser 20 ans.
Li, il n'est pas permis d'ordonner d'interférer dans l'exécution des peines, car une peine d'emprisonnement a été prononcée pour une infraction commise lors de l'exécution d'une peine d'emprisonnement antérieure, auquel cas le montant total des peines exécutées peut dépasser 20 ans.

Article 222

Si l'une des peines infligées est la mort ou l'emprisonnement à perpétuité, elle est exécutée seule.

Article 223

L'administration pénitentiaire exécute les peines de prison sur ordre écrit de la police et de la sécurité publique sur la base de la notification reçue de l'autorité compétente et jointe à la copie de la peine. L'ordonnance est délivrée au directeur de la prison où l'exécution aura lieu, et il doit la garder avec la peine dans le dossier de la peine de prison.

Article 224

Ni le directeur ni aucun officier responsable ne peut être autorisé à y inscrire un prisonnier, sauf sur la base d'une ordonnance de détention écrite d'une autorité compétente ou d'une décision de justice jointe à l'ordonnance d'exécution. Un prisonnier ne peut pas être détenu pendant plus d'un an en prison ou en tout cas.

Article 225

Chaque détenu doit avoir un dossier dans lequel les ordonnances d'emprisonnement et de libération sont conservées et tous les papiers relatifs au prisonnier, ainsi que la date de son admission à la prison et la date à laquelle il doit quitter, puis la date à laquelle il est effectivement sorti.
La prison a un livre montrant les noms des prisonniers et en face de chacun d'eux les données mentionnées.

Article 226

Une personne ne peut être arrêtée ou emprisonnée que par une ordonnance valide rendue par l'autorité compétente, et par les conditions et procédures prévues par la loi.
Un prisonnier ne peut pas être placé dans une prison non désignée en vertu des lois et règlements applicables.

Article 227

Si l'enquêteur est informé qu'une personne a été arrêtée sans droit, il doit immédiatement ouvrir une enquête et se déplacer dans le magasin où se trouve la personne détenue et la libérer, et la personne enlevée est considérée dans la peine de l'arrêté, ainsi que le jeune s'il a été illégalement retiré de son tuteur légal ou qui est en charge de ses soins.
Dans tous ces cas, il n'est pas permis de retarder la prise des mesures nécessaires pour récompenser pénalement les responsables de cette mesure.

3.4.3.4 – Exécution d'une amende et confiscation

(228 – 237)

Article 228

Le tribunal peut, à lui seul, ordonner à l'accusé une amende pour lui accorder la totalité ou une pénalité pour couvrir les dépenses de l'affaire, puis indemniser la victime ou ses héritiers ou indemniser le titulaire bien intentionné pour le prix et ce qu'il a dépensé pour l'ordonnance de remboursement.
Si l'un d'eux dépose alors une demande d'indemnisation devant le tribunal civil, le tribunal doit tenir compte du montant de l'amende qu'il a reçue lors de l'évaluation de l'indemnisation.

Article 229

Si une personne est placée en détention provisoire et qu'elle n'est condamnée qu'à une amende, elle doit être réduite au moment de l'exécution de 10 roupies pour chacun desdits jours de détention.
S'il est condamné à la fois à l'emprisonnement et à une amende, et que la période pendant laquelle il a purgé sa détention provisoire dépasse la période d'emprisonnement, le montant de ladite somme doit être réduit pour chaque jour d'augmentation.

Article 230 (modifié par la loi 9 de 1985 Article 1)

Si le condamné ne paie pas l'amende, l'homme est forcé d'exécuter ses biens par la force. Le chef de la police et de la sécurité publique ou le président du tribunal qui a prononcé la peine si le condamné l'a demandée, et sa situation financière a justifié l'acceptation de la demande, d'ordonner le versement du montant condamné par versements ou de le reporter dans un délai raisonnable, à condition que le paiement de l'intégralité de l'amende ne soit pas retardé d'un an si elle ne dépasse pas quarante dinars et Environ deux ans si vous allez-y.

Article 230

Si le condamné ne paie pas l'amende, l'homme est forcé d'exécuter ses biens par la force. Le chef de la police et de la sécurité publique ou le président du tribunal qui a prononcé la peine si le condamné l'a demandée, et sa situation financière justifiait l'acceptation de la demande, d'ordonner la versement du montant par versements ou de le reporter dans un délai raisonnable, à condition que le paiement de l'intégralité de l'amende ne soit pas retardé d'un an s'il ne dépasse pas quarante roupies et Environ deux ans si vous allez-y.

Article 231

Si la personne condamnée n'est pas en mesure de payer l'amende, ou est à court d'exécuter la peine de l'amende pour la période spécifiée dans l'article précédent pour une raison quelconque, le chef de la police et de la sécurité publique devrait assigner le procureur ou l'enquêteur de soumettre l'affaire au président du tribunal qui a délivré la peine pour ordonner ce qu'il voit. Oh, selon les règles suivantes.

Article 232

Le président du tribunal qui a délivré l'amende pour ordonner l'exécution de l'amende par coercition physique, et effectuer la coercition physique de l'emprisonnement simple et la durée de la durée est estimée à un jour pour chaque dix roupies, avec le licenciement de 6 indépendamment des fractions. La durée de la détention ne peut excéder six mois.

Article 233

Le président du tribunal avant ou après l'ordonnance de coercition physique accorde à la personne condamnée, à sa demande, une période de paiement ou ordonne le paiement par versements, lorsqu'il estime que les circonstances de la personne condamnée le justifient et, dans ce cas, il peut ordonner la signature d'un engagement garanti à un répondant s'il juge nécessaire de le faire.
Si l'exécution a commencé avec la coercition physique, le président du tribunal a rendu une décision de libérer la personne condamnée lorsqu'il accepte de lui donner du temps ou des versements.

Article 234

S'il est condamné à une peine d'emprisonnement et à une amende, il n'est pas permis d'exécuter l'amende avec coercition physique tant que le condamné n'a pas purgé sa peine.

Article 235

Une personne condamnée à une peine d'emprisonnement simple d'au plus six mois, ou pour ceux qui ont reçu l'ordre d'exécuter une amende avec coercition physique, peut demander au directeur de la prison de remplacer le travail pour le gouvernement en prison.
La durée du travail ne dépasse pas sept heures par jour, et chaque jour ouvrable est considéré comme équivalent à un jour d'emprisonnement et si la personne condamnée ne se présente pas est imposée par le travail, le directeur de la prison peut émettre une ordonnance d'annulation de son emploi et d'effectuer la période restante d'emprisonnement ou de coercition physique.

Article 236

Le condamné est acquitté de l'amende dans une certaine mesure proportionnelle à la durée de l'emprisonnement qu'il a passé sous la contrainte physique ou à travailler pour le gouvernement, et il est permis d'exiger ce qui reste dans sa peine, et de le récupérer en exécutant son argent à tout moment.

Article 237

S'il est ordonné de confisquer quelque chose qui est devenu la propriété de l'État, le tribunal, le chef de la police et de la sécurité publique ou le procureur général peut ordonner la destruction des objets confisqués, ou les vendre aux enchères ou à la pratique, ou les remettre à un organisme gouvernemental pour une utilisation dans les limites des lois et leur destruction peut être obligatoire si elle est stipulée dans la loi. M.

3.4.3.5 – Amnistie et réconciliation

(238 – 243)

Article 238

Le Prince doit à tout moment délivrer une amnistie générale pour un certain crime ou crime. Cette amnistie est considérée comme un verdict d'innocence, et entraîne la révocation de toutes les procédures et peines antérieures à son encontre et l'opposition à sa décision, et n'empêche pas une amnistie générale pour la criminalité de réclamer une indemnisation civile.

Article 239

Après qu'une peine a été prononcée contre une personne en particulier et avant l'exécution de cette peine ou pendant l'exécution, le prince peut émettre une ordonnance de pardon, de réduction ou de remplacement de la peine par une peine plus légère.
L'amnistie n'entraîne pas la révocation de la peine, mais elle modifie le type, le montant ou le montant de la peine comme si elle avait été exécutée.

Article 240

Dans les crimes dans lesquels une plainte doit être déposée par la victime, ainsi que pour les crimes de blessures et d'infractions, qui ne dépassent pas la peine de cinq ans d'emprisonnement, les crimes de violation des biens du roi, le vandalisme, la destruction de biens individuels, les menaces et l'extorsion d'argent par la menace, la victime peut Pardonnez l'accusé ou réconciliez-vous avec lui avec de l'argent avant ou après le verdict.
Les modalités de la plainte s'appliquent en termes de forme et d'admissibilité au rapprochement.

Article 241

Les conséquences d'une réconciliation individuelle ou d'un pardon ont des répercussions sur l'acquittement, mais dans d'autres crimes où la plainte de la victime est requise, la réconciliation individuelle ou le pardon n'a aucun effet, sauf avec le consentement du tribunal.
Si la victime souhaite gracier la personne condamnée ou se réconcilier avec lui après une déclaration de culpabilité définitive, elle présente une demande au tribunal qui a prononcé la peine pour examen conformément aux décisions susmentionnées.

Article 242

S'il y a plusieurs victimes dans un crime, et que certaines d'entre elles sont graciées ou réconciliées, cela n'aura aucun effet à moins que les autres ne l'approuvent, ou si le tribunal l'approuve malgré leur opposition s'il s'agit d'une opposition arbitraire.

Article 243

Si la victime du crime est incomplète ou absente, sa réquisitoire devrait être servie par lui dans la réconciliation avec l'accusé ou dans sa réhabilitation.
Si la personne imparfaite ou absente n'est pas un tuteur légitime, le tribunal qui a l'affaire, à la demande d'un intérêt, peut délivrer la permission à un parent de la victime, au défendeur ou au procureur d'agir en son nom dans le droit direct à la réconciliation.

3.4.3.6 – Réexamen

(244 – 250)

Article 244

Chaque peine est punie jusqu'à ce que le condamné soit recouvré par la loi ou par décision judiciaire.
Le réexamen juridique ou judiciaire implique le retrait de la condamnation pour l'avenir et la disparition de toutes ses conséquences pénales, mais il n'a aucun effet sur les droits d'autrui.

Article 245

La personne condamnée doit être considérée par la loi lorsque le délai légal a expiré après l'exécution de la peine, graciée ou le délai de prescription.
Le délai requis pour un réexamen juridique est de 10 ans si la peine dépasse trois ans d'emprisonnement et une amende de 3 000 roupies et cinq ans si la peine ne dépasse pas cette peine.

Article 246

La Cour suprême d'appel peut rendre une décision visant à rétablir la peine dans l'édit du condamné à sa demande, une fois que les conditions suivantes sont remplies :
La peine doit avoir été exécutée, graciée ou levée par la prescription.
– Doit avoir passé de la date de l'exécution complète ou la délivrance de l'amnistie ou l'expiration du délai de prescription de cinq ans pour la peine supérieure à trois ans d'emprisonnement et une amende de 3.000 roupies, et trois ans pour la peine pas plus que cela.
Le condamné a dû améliorer sa biographie.

Article 247

Si le condamné a été libéré sous condition, le délai requis pour un réexamen juridique ou judiciaire n'a pas commencé avant la date à laquelle la libération définitive ne peut être annulée.
Si le condamné a été condamné à plusieurs peines, il n'est pas considéré comme une loi ou une justice à moins que le délai soit respecté pour la réhabilitation de toutes les peines qui lui sont imposées.

Article 248

Un réexamen judiciaire est fourni au chef de la police et de la sécurité publique, y compris les déclarations nécessaires dans les appels, avec l'ajout de données sur l'endroit où il a résidé pendant la période de réadaptation. Le chef de la police et de la sécurité publique doit affecter un enquêteur pour mener une enquête afin de vérifier la bonne conduite de la personne condamnée et son intégrité au cours de cette période, puis transmettre la demande au président de la Cour suprême d'appel avec un rapport indiquant son opinion.

Article 249

La présidente de la Cour suprême d'appel doit lui soumettre la demande dans la salle de délibération, et si elle estime qu'elle peut mener une enquête ou l'ordonner, alors rendre une décision d'accepter ou de rejeter la demande, et cette décision ne peut pas faire l'objet d'un appel.

Article 250

Il est permis de condamner la réadaptation judiciaire de la personne condamnée qu'une seule fois.